RD Congo: au moins 220 morts dont 60 enfants après l'explosion d'un camion-citerne

3 juillet 2010 à 10h48 par La rédaction

BUKAVU (RDCongo) (AFP)

Au moins 220 personnes, dont une soixantaine d'enfants, ont péri et plusieurs dizaines ont été brûlées vendredi soir à la suite de l'explosion d'un camion-citerne rempli d'essence, qui a mis le feu à un village, dans l'est de la RD Congo (RDC).

Selon un "bilan provisoire" communiqué à l'AFP peu avant 11H00 GMT par le responsable de la Croix-Rouge congolaise au Sud-Kivu, Désiré Yuma, l'accident a fait 221 morts, dont 61 enfants et 36 femmes, et 214 blessés, victimes de brûlures.

Le drame s'est produit vers 18H00 (16H00 GMT) à Sange, gros bourg situé à 70 km au sud de Bukavu, chef-lieu de la province du Sud-Kivu (est), non loin de la frontière avec le Burundi, lorsqu'un camion-citerne en provenance de la Tanzanie s'est renversé au centre du village, selon le porte-parole du gouvernement provincial, Vincent Kabanga.

"Il y a eu alors une bousculade et à la suite de cette bousculade, l'écoulement du carburant aussi se déclarant, il y eu une explosion du fioul qui s'est propagée dans le village", a ajouté M. Kabanga, expliquant que les gens s'étaient précipités pour récupérer du carburant.

Près d'une vingtaine de maisons ont brûlé, selon la Croix-Rouge, qui a envoyé des équipes sur place.

"Les corps sont calcinés.C'est horrible, il y a encore un peu de flamme au-dessus du camion", a témoigné à l'AFP un agent de sécurité des Nations unies, arrivé samedi en fin de matinée sur les lieux du drame.

Selon un officier de la police congolaise, plusieurs dizaines de maisons du village, construites en grande majorité en terre et recouvertes de paille, ont brûlé à la suite de l'explosion.

L'accident du camion-citerne serait dû "à un excès de vitesse", a-t-il indiqué sous couvert d'anonymat, alors que la route passant à Sange est en bon état.

Les blessés étaient évacués dans les hôpitaux de Bukavu et d'Uvira, une localité située à une trentaine de km au sud de Sange.

"Actuellement c'est le deuil total à Sange", a ajouté le policier, "il y avait beaucoup d'enfants" au moment du drame.

"Les gens étaient en train de recueillir le carburant qui coulait" lorsque l'explosion s'est produite, a-t-il confirmé

La Mission pour la stabilisation de la RDC (Monusco) a mis à la disposition des secours trois hélicoptères MI 17 "pour procéder à des évacuations", et a également "activé" ses hôpitaux à Uvira et Bukavu, a précisé à l'AFP une source onusienne.

Des informations contradictoires ont circulé dans la matinée au sein même de la Monusco au sujet de la présence, parmi les victimes, de Casques bleus de l'ONU, qui dispose d'un détachement à Sange.Mais le porte-parole de la Monusco, Madnodje Mounoubai, a affirmé à l'AFP qu'aucun soldat onusien n'était décédé.

D'autres informations, non confirmées de sources officielles, faisaient état de la présence de militaires des Forces armées de la RDC (FARDC) parmi les victimes du drame, dont l'un serait à l'origine de l'explosion causée par une cigarette.