RD Congo: les 230 victimes de Sange enterrées dans des fosses communes

4 juillet 2010 à 9h27 par La rédaction

BUKAVU (RDCongo) (AFP)

Quelque 230 victimes de l'explosion d'un camion-citerne vendredi à Sange, dans l'est de la RDC, ont été enterrées samedi dans trois fosses communes, et plusieurs dizaines de blessés étaient toujours soignés dimanche dans des hôpitaux, a-t-on appris de sources concordantes.

Selon le gouverneur de la province du Sud-Kivu (est), Marcellin Cishambo, interrogé par l'AFP dimanche en fin de matinée, l'accident a fait 235 morts, après le décès de trois blessés.

La quasi-totalité des victimes, dont une soixantaine d'enfants et une trentaine de femmes, a été enterrée dès samedi en fin de journée dans trois fosses communes à Sange, la localité où le drame s'est déroulé.

Au sujet des blessés, le gouverneur a évoqué comme samedi le chiffre de 105, alors que la Mission de l'ONU en RDC (Monusco) a comptabilisé près de 200 blessés."Des gens ont pu déjà rentrer chez eux", a avancé M. Cishambo pour expliquer la différence.

Selon la Monusco, 107 blessés ont été soignés à Sange et 56 à Uvira, à une trentaine de km au sud.Trente deux, les plus grièvement brûlés, ont été acheminés par hélicoptères de l'ONU dans deux hôpitaux à Bukavu, à 70 km au nord de Sange.L'un d'eux est décédé samedi en fin de journée, a indiqué dimanche à l'AFP le porte-parole de la Monusco, Madnodje Mounoubai.

A Sange dimanche matin, les gens étaient "très tristes, très traumatisés, il y en a qui sont stressés", a déclaré à l'AFP Emmanuel Umbwe, membre d'une ONG locale, et présent sur place.

Le ministre de la santé est arrivé de Kinshasa en fin de matinée à Bukavu, le chef lieu du Sud-Kivu, et devait se rendre à Sange, "pour faire une évaluation de la situation", selon le gouverneur.

Vendredi vers 18H00 (16H00 GMT), un camion-citerne transportant environ 50.000 litres d'essence s'est renversé sur le bas-côté de la route qui traverse le centre de Sange, avant d'exploser et de prendre feu, pour une raison encore indéterminée.

Des habitants qui récupéraient l'essence s'échappant du camion, et d'autres réunies dans une salle pour regarder le Mondial de football, ont été brûlés vives par le feu qui a touché une vingtaine d'habitations de cette agglomération d'environ 50.000 habitants.

Dimanche matin, la carcasse calcinée du camion-citerne était toujours couchée sur la chaussée, selon M. Umbwe.