RDC: 3 morts dans une attaque attribuée à des rebelles ougandais dans l'est

2 décembre 2014 à 9h41 par La rédaction

Goma (RD Congo) (AFP)

Trois civils ont été tués lundi soir dans l'Est de la République démocratique du Congo au cours d'une nouvelle attaque attribuée aux rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF), a-t-on appris mardi auprès des autorités locales.

"Des rebelles ADF sont venus attaquer mon village à 21h30 (19h30 GMT).Ils ont tué trois personnes à la machette - deux femmes et un enfant - et en ont grièvement blessé trois autres", a déclaré à l'AFP Désiré Boroso, mwami (chef coutumier) du village d'Eringeti.

Cette localité est située dans le nord de la province du Nord-Kivu, à un peu plus de 40 km au nord de la grande ville de Beni.

Le bilan de trois morts a été confirmé par une source sécuritaire locale.

"C'est grâce à l'intervention des FARDC (armée congolaise) que les assaillants n'ont pas tué davantage de personnes.Les soldats les ont poursuivis", a dit M. Boroso, joint par téléphone depuis Goma, la capitale du Nord-Kivu.

Dans un communiqué, la Société civile du Nord-Kivu, ONG basée à Beni, a "salué l'intervention urgente des FARDC, sans laquelle le carnage (aurait été) plus redoutable".

Plus de 200 personnes ont été tuées depuis début octobre dans la région de Beni dans une succession de massacres attribués aux ADF, rebelles ougandais musulmans opposés au président Yoweri Museveni et installés dans l'Est de la RDC depuis 1995.

Les autorités, en particulier l'armée et la police, ont été accusées par la population de n'avoir rien fait pour s'opposer à ses massacres.

Selon un récent rapport d'une mission d'information parlementaire envoyée dans la région, la situation dans la région de Beni a entraîné une "crise de confiance entre les services de sécurité, les autorités politico-administratives et la population".