RDC: au moins 13 morts dans deux attaques attribuées aux combattants ADF à Beni (responsables locaux et experts)

Par AFP

AFRICA RADIO

Au moins treize personnes, dont un militaire, ont été tués dans la nuit de mardi à mercredi dans deux attaques attribuées aux membres du groupe armé Forces démocratiques alliées (ADF) à Beni dans l'est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris de responsables locaux et d'experts.

La localité de Kisima "a été attaquée par les ADF hier (mardi) dans la soirée, le bilan est à onze morts", a déclaré à l'AFP Bozi Sindiwako, chef de secteur de Rwenzori au Nord-Kivu. Ce "bilan provisoire" a été confirmé par des experts du Baromètre sécuritaire du Kivu (KST en anglais). L'armée a confirmé une attaque, sans se prononcer sur le bilan. "Les opérations de nettoyage continuent dans la zone", a expliqué le lieutenant Antony Mwalushay, porte-parole de l'armée dans la région de Beni.Deux autres personnes, "un civil et un militaire", ont été tuées dans une autre attaque la même nuit à Oicha, selon son bourgmestre Nicolas Kikuku, ajoutant qu'"un élément ADF a aussi été tué".Ce nouveau massacre porte à "au moins 1.013, le nombre de civils tués par des acteurs armés dans le territoire de Beni depuis novembre 2019", a indiqué le KST dans un message électronique à l'AFP.Dans cette région, l'armée mène des opérations militaires contre les ADF, depuis fin octobre 2019.Les ADF sont à l'origine des rebelles musulmans ougandais installés dans l'est de la RDC depuis 1995. Sans s'attaquer à l'Ouganda depuis des années, ces bandes armées commettent régulièrement des massacres sur des civils sans défense depuis octobre 2014 dans la région de Beni et ses environs.Dispersés par des opérations militaires, les ADF opèrent désormais en petits groupes mobiles, selon un récent rapport des experts de l'ONU.L'est de la RDC est déstabilisé depuis près de trois décennies par la présence de dizaines de groupes armés locaux et étrangers. Dans un rapport publié lundi, le KST a recensé au moins "122 groupes armés" actifs dans quatre provinces orientales (Ituri, Nord-Kivu, Sud-Kivu et Tanganyika).Après une relative accalmie d'un mois, les membres présumés des ADF multiplient des tueries des civils depuis début février dans les territoires de Beni (Nord-Kivu) et Irumu (Ituri, nord-est).