Dépêches AFP

RDC : dix membres d'une milice tués en Ituri (armée)

26 mars 2020 à 15h03 Par AFP
Dix membres d'un groupe armé accusé du massacre de dizaines de civils en Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo, ont été tués et leur chef "grièvement blessé" par l'armée congolaise, a-t-on appris jeudi de source militaire. "L'armée a été attaquée par un convoi des éléments du groupe armé Ngudjolo", du nom de son chef, dans le territoire de Djugu en Ituri, a déclaré à l'AFP Jules Ngongo, porte-parole de l'armée dans la région."Lors de ce combat, le chef rebelle Ngudjolo a été grièvement blessé et pour le moment nos hommes sur le terrain sont en train de quadriller la zone jusqu'à ce que nous le retrouvions vivant ou mort", a-t-il ajouté.Le bilan est de "10 morts dont sept gardes" du chef rebelle, a-t-il détaillé, ajoutant qu'un militaire avait également été blessé. Ngudjolo est le chef du groupe armé Coopérative pour le développement du Congo (Codeco) très actif depuis juin dans le territoire de Djugu.Cette région du nord de l'Ituri a renoué avec les violences depuis fin 2017. Plus de 700 civils y ont été tués d'un conflit digne d'un "crime contre l'humanité", selon les Nations Unies.Dans cette région aurifère et pourvue de pétrole, un conflit communautaire avait fait plusieurs dizaines de milliers de victimes entre 1999 et 2003, jusqu'à l'intervention d'une force européenne.Le conflit opposait deux communautés, les Lendu, majoritairement agriculteurs, et les Hema, éleveurs et commerçants.Le groupe armé Codeco est une milice pro-lendu. Un des enjeux majeurs du conflit actuel est "le contrôle des terres par les Lendu", selon un rapport conjoint de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) et du bureau des droits de l'homme, publié en janvier. Les victimes sont principalement des Hema depuis fin 2017.