RDC: "Il ne faut pas se tromper d'ennemis", lance le numéro 2 de l'ONU à Beni

30 novembre 2019 à 16h45 par AFP

AFRICA RADIO

Le secrétaire général adjoint de l'ONU a invité samedi les habitants de Beni, dans l'est de la République démocratique du Congo, "à ne pas se tromper d'ennemis" face aux massacres de civils dans la région.

Des émeutiers ont incendié une base onusienne et la mairie de Beni lundi, en accusant l'ONU et les autorités d'assister "passivement" aux massacres.

Plus de 100 personnes ont été tuées depuis le 5 novembre dans des raids nocturnes attribués au groupe armé d'origine ougandaise Forces démocratiques alliées (ADF).

"Le message est qu'il ne faut pas se tromper d'ennemis.Nous, nous sommes du côté du peuple de cette région, du peuple congolais", a déclaré le chef des opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, en visite-éclair à Beni.

"L'ennemi c'est ceux qui attaquent et tuent la population.Ce sont ceux aussi qui attaquent ceux qui aident les habitants de cette région à lutter contre Ebola", a insisté M. Lacroix.

"Il faut des enquêtes sur tout ce qui s'est passé.Il ne faut pas qu'il y ait l'impunité", a-t-il ajouté.

"Il faut que les partenaires avec lesquels nous travaillons tous les jours réfléchissent aussi sur la manière de travailler avec nous encore plus étroitement", a expliqué M. Lacroix, citant "les FARDC (Forces armées de la RDC), la police nationale et les autorités".

M. Lacroix a conféré pendant quelques minutes avec le chef de l'armée congolaise puis avec le mouvement citoyen Lucha.

Il s'est ensuite envolé pour Biakato, dans la province voisine de l'Ituri où trois agents de la riposte anti-Ebola ont été tués jeudi dans une attaque non revendiquée.

La présidence congolaise a annoncé lundi des opérations militaires "conjointes" avec la Monusco (Mission de l'ONU en RDC) pour rétablir la sécurité dans la région de Beni.

"Une coopération plus étroite entre les FARDC (l'armée congolaise) et la Monusco est nécessaire pour renforcer les mesures de protections des civils", avait déclaré vendredi un porte-parole de l'Union européenne.

La visite de M. Lacroix intervient alors que le Conseil de sécurité des Nations unies doit renouveler d'ici à la fin du mois de décembre le mandat de la mission onusienne en RDC.

Présentes depuis 20 ans en RDC, les Nations unies y entretiennent une de leurs missions les plus importantes au monde, avec 16.000 militaires et plus d'un milliard de dollars de budget annuel (chiffres de 2018).

Au moins sept manifestants ont été tués dans la répression des mouvements anti-ONU.La Monusco a annoncé mercredi l'ouverture d'une "enquête" sur la mort mardi d'un jeune homme tué par balle alors qu'il s'apprêtait à lancer un cocktail Molotov sur un Casque bleu malawite à Beni.