RDC: l'armée annonce avoir perdu deux soldats et tué 14 combattants ADF à Beni

Par AFP

AFRICA RADIO

L'armée congolaise a annoncé samedi avoir perdu deux soldats dans ses rangs et avoir tué quatorze combattants du groupe Forces démocratiques alliées (ADF) après trois jours de combats pour le contrôle d'un village de Beni dans l'est de la République démocratique du Congo.

"Hier (vendredi) 1er janvier 2021, les éléments du 3.202è régiment ont pris l'ascendant sur les terroristes des ADF/MTM au village Loselose et les ont délogés après trois jours d'occupation et d'intenses combats", a déclaré à l'AFP le lieutenant Antony Mualushayi, porte-parole de l'armée dans la région de Beni."Le bilan côté ennemi: 14 corps vus, dont deux blancs probablement des Arabes. Deux héros soldats sont tombés sur le champ d'honneur", a écrit auparavant l'officier dans un communiqué daté de samedi.Le village de Loselose situé à 50 km à l'est de Beni et tout le secteur de Ruwenzori sont réputés pour leurs plantations de cacao et des bananeraies. Les récoltes ont débuté en novembre, selon des témoignages d'agriculteurs.Jeudi, au nord de Beni, des sources locales ont accusé les ADF d'avoir massacré au moins 25 civils qui préparaient le réveillon de nouvel an dans leurs champs dans le village Tingwe situé à 8 Km d'Eringeti-centre.Dispersés par l'armée, les combattants ADF opèrent désormais en petits groupes mobiles, selon des experts de l'ONU dans leur rapport adressé au Conseil de sécurité le 23 décembre.Les ADF sont des rebelles musulmans d'origine ougandaise installés dans l'Est de la RDC depuis 1995. Ils n'attaquent plus l'Ouganda voisin depuis des années, vivant de trafics dans la forêt dense autour de Beni.Depuis avril 2019, plusieurs de leurs attaques ont été revendiquées par "l'État islamique - Afrique centrale", avec parfois des erreurs factuelles.Mais, un groupe d'experts missionné par l'ONU "n'a pu établir aucun lien direct entre l'EIIL et les ADF", lit-on dans leur rapport. Depuis fin novembre, les attaques des ADF se déplacent de l'extrême nord (région de Oicha-Mbau-Beni) vers le sud-est dans la zone de Ruwenzori à Mutwanga, qui abrite le parc des Virunga, joyau naturel, touristique et menacé.Ce groupe armé est le plus meurtrier (plus de 800 morts en un an) parmi les dizaines qui sont encore en activité dans les deux provinces du Kivu, malgré les opérations militaires.