RDC: le Nord-Kivu "calme" après la défaite du M23

6 novembre 2013 à 11h55 par La rédaction


Kiwanja (RD Congo) (AFP)

La situation est calme dans la province du Nord-Kivu, mercredi matin, dans l'est de la République démocratique du Congo, au lendemain de la défaite des rebelles du M23, a indiqué l'armée.

"Aujourd'hui, c'est calme, vraiment, il n'y a rien à signaler", a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'armée pour le Nord-Kivu, le lieutenant-colonel Olivier Amuli, rencontré à Kiwanja (environ 80 km au nord de Goma, la capitale de la province).

Les Forces armées de la RDC (FARDC) consolident leurs positions "conquises au prix du sang", a ajouté l'officier, sans donner plus de précisions sur les activités de l'armée.

Interrogé sur l'offensive prochaine annoncée par le gouvernement contre les rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) installés dans l'Est de la RDC depuis 1994, le colonel Amuli a simplement répondu : "ça se planifie, on ne peut pas l'annoncer".

Kinshasa a annoncé mardi qu'après sa victoire sur les rebelles du M23, l'armée allait lancer "incessamment" une offensive contre les FDLR.

"Il n'y a plus de place dans notre pays pour quelque groupe irrégulier que ce soit", a déclaré le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, ajoutant: "Le M23 était en tête de liste, ils ont été remplacés par les FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda).On va s'occuper de les désarmer."

Les FDLR regroupent des extrémistes hutus dont un certain nombre ont participé au génocide rwandais.Le gouvernement congolais est régulièrement accusé de les instrumentaliser et de les soutenir dans sa lutte contre certains groupes rebelles soutenus par le Rwanda et l'Ouganda.

La RDC a annoncé mardi avoir remporté une "victoire totale" contre le Mouvement du 23 mars (M23), après avoir repris les deux dernières collines tenues par les combattants de cette rébellion lancée dix-huit mois plus tôt et qui, à son apogée en novembre 2012, avait brièvement occupé Goma.