RDC: les pro-Kabila manifestent par milliers à Kinshasa

23 juillet 2020 à 14h51 par AFP

AFRICA RADIO

Des milliers de partisans de l'ex-président de la République du Congo Joseph Kabila, très remontés contre son successeur Félix Tshisekedi, leur partenaire au sein de la coalition au pouvoir, ont manifesté jeudi à Kinshasa, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les manifestants ont défilé sous la bannière du Front commun pour le Congo (FCC, pro-Kabila), force politique largement majoritaire au Parlement, exigeant "le respect de la Constitution".Cette majorité partage le pouvoir au sein d'une coalition avec le président de la République, l'ex-opposant Félix Tshisekedi, proclamé vainqueur des élections du 30 décembre 2018."Kabila revient vite pour qu'on remette de l'ordre. Fatshi (Félix Tshisekedi) est incapable" de gérer le pays, ont scandé les manifestants.Le FCC a dénoncé en début de semaine des "dérives dictatoriales" en RDC. Ses cadres, à commencer par le Premier ministre Sylvestre Ilunga, reprochent au président Tshisekedi des nominations unilatérales dans l'armée et la justice."Le FCC est troublé par le comportement de son partenaire, en inadéquation avec les règles du jeu qui fondent la coalition", a déclaré à la presse le coordonnateur du FCC, Néhémie Mwilanya, ancien directeur de cabinet du président Kabila.M. Mwilanya a interpellé "l'institution de la présidence de la République" sur le bon fonctionnement des institutions et de la coalition.Le Premier ministre s'est publiquement plaint de ne pas avoir contre-signé les ordonnances présidentielles lues pendant des heures vendredi dernier sur la chaîne d'Etat RTNC par une porte-parole du président.Ces ordonnances ont eu pour effet de mettre à l'écart deux personnalités influentes à l'époque du président Kabila, le général John Numbi, et le président de la Cour constitutionnelle, Benoît Mwamba.Elles n'avaient été signées que par le ministre de l'Intérieur Gilbert Kankonde, un proche du chef de l'État."Ne soyez pas étonné que ces ordonnances soient prochainement contestées par l'Assemblée nationale", a prévenu un des porte-parole du FCC, Félix Kabange.Trois précédentes manifestations, à l'appel d'autres forces politiques et sociales, avaient dénoncé le choix d'un nouveau président de la Commission électorale, accusé d'avoir oganisé des fraudes à l'époque du président Kabila.