RDC: les rebelles des FDLR démentent être impliqués dans des viols collectifs

Par La rédaction

KINSHASA (AFP)

 Les rebelles hutu rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) "ne sont en rien impliqués" dans les cas récents de viols collectifs commis dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a affirmé jeudi la rébellion dans un communiqué.

Les FDLR "ne sont en rien impliquées dans ces actes odieux et s'insurgent contre des accusations dénuées de tout fondement lancées contre elles par le secrétaire général de l'ONU" Ban Ki-moon, écrit le secrétaire exécutif du mouvement rebelle, Callixte Mbarushimana.

L'ONU a révélé lundi qu'au moins 179 femmes de la province du Nord-Kivu avaient été victimes ces dernières semaines de viols attribués notamment à des rebelles hutu rwandais.

M. Ban s'est déclaré "scandalisé" par ces viols "commis lors d'une attaque perpétrée par des éléments des milices Maï-Maï et des Forces démocratiques de libération du Rwanda", avait déclaré mardi son porte-parole, Martin Nesirky.

"Les FDLR se posent de sérieuses questions sur les motivations réelles qui ont poussé la haute autorité de l'ONU à s'empresser de les incriminer avant même de diligenter une enquête préliminaire sur ces actes odieux", poursuit M. Mbarushimana, dans un communiqué daté de Paris.