RDC: non à des nouvelles "manipulations des élections" (activistes pro-démocratie)

Par AFP

AFRICA RADIO

Des activistes, qui ont bravé la répression au nom de l'alternance en République démocratique du Congo fin 2018, ont uni leurs voix mercredi contre une "manipulation des élections en 2023", en pleine polémique autour du renouvellement de la Commission électorale.

Actuellement en cours, le choix "unilatéral" d'un nouveau président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) "est une première étape de la manipulation des élections de 2023", ont dénoncé les quatre signataires dans un communiqué commun.Parmi eux, le mouvement catholique Comité laïc de coordination (CLC), dont trois marches avaient été réprimées dans le sang (une quinzaine de morts) fin 2017-début 2018. Les manifestants demandaient le départ de l'ex-président Joseph Kabila, dont le mandat s'était achevé en décembre 2016.Ils co-signent cette mise en garde avec le mouvement citoyen Filimbi, dont quatre militants pro-démocratie ont été détenus en dehors de toute procédure judiciaire entre décembre 2017 et décembre 2018.Les élections ont finalement eu lieu le 30 décembre 2018. La Commission électorale a proclamé la victoire de l'opposant Félix Tshisekedi à la présidentielle, et celle aux législatives des forces loyales à son prédécesseur. Les deux hommes gouvernent en coalition.Se proclamant vainqueur, l'autre candidat de l'opposition, Martin Fayulu, avait accusé la Commission électorale d'avoir "fabriqué" ces résultats.Les Eglises catholique et protestante ont déjà annoncé lundi qu'elles mettaient leur véto au choix d'un cadre de l'équipe sortante pour remplacer Corneille Nangaa - dont les avoirs sur le sol américain ont été gelés par Washington, qui le soupçonne de corruption -, à la tête de la Céni.Les signataires du communiqué mettent en garde contre la prochaine convocation d'une plénière du Parlement "pour entériner une quelconque désignation". Ils proposent à la place un calendrier jusqu'à la fin de l'année.Ils invitent les Congolais à s'opposer "à tout plan machiavélique dont l'objectif est de nous inscrire dans un schéma de crise électorale interminable".Le communiqué est également signé par les mouvements citoyens Lutte pour le changement (Lucha) et Congolais Debout.