RDC: six Casques bleus indiens blessés près de la frontière ougandaise

Par La rédaction

KINSHASA (AFP) - (AFP)

Six Casques bleus indiens ont été blessés lors d'un échange de tirs mardi avec des hommes armés dans l'est de la République démocratique du Congo, près de la frontière ougandaise, a annoncé mercredi la Mission des Nations unies pour la sécurisation du Congo (Monusco).

La Monusco n'a pas précisé l'importance des blessures.Selon une source locale à Goma, l'un des soldats serait grièvement blessé.Leur traducteur a également été atteint par des tirs.

Les Casques bleus, au nombre de 18, rentraient vers leur base quand ils ont été pris pour cible par des hommes qui n'ont pas été identifiés, a déclaré le lieutenant-colonel Félix Basse, porte-parole militaire de la Monusco.

Ils ont été rapatriés vers le poste opérationnel de Nyamilima et devraient être ramenés dans la journée vers Goma, la ville principale de la région, a-t-il ajouté.

La patrouille de Casques bleus indiens circulait mardi entre Nyamilima et Ishasha, une ville frontière avec l'Ouganda située au sud du lac Edouard, lorsqu'elle a trouvé en fin d'après-midi quatre corps inanimés à la hauteur de Buganza, un village situé à 10 kilomètres au sud d'Ishasha.

Des patrouilles ont aussitôt été lancées dans la zone jusqu'à 22 heures dans le but de sécuriser les populations civiles, a expliqué le porte-parole.Vers 23H30, alors qu'elle venait de quitter Buganza, la patrouille indienne a été la cible d'hommes armés non identifiés. 

La région d'Ishasa, dans le Nord-Kivu, se trouve au nord de celle Rutshuru occupée par le mouvement rebelle M23 depuis plusieurs mois.Il y a environ deux semaines, ce mouvement avait tenté de prendre le contrôle de cette ville frontière, importante en raison des cargaisons qui y transitent.Des combats s'étaient alors produits avec une milice locale, les maï maï shetani.

Un autre groupe armé circule dans la zone, a-t-on appris de source locale.Les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), composées d'anciens soldats rwandais et de personnes accusées d'avoir participé au génocide de 1994, se sont affrontés le week-end dernier aux mai maï shetani, a expliqué à l'AFP une source locale.

Cette zone est très disputée en raison de l'existence de mines artisanales d'où est extrait notamment du coltan et dont les milices tirent une grande partie de leur ressources.