RDC: suspension du procès de 8 policiers accusés du meurtre du militant Chebeya

12 novembre 2010 à 12h41 par La rédaction

KINSHASA (AFP)

Le procès des huit policiers congolais, dont trois sont en fuite, accusés du meurtre du militant des droits de l'Homme Floribert Chebeya, qui s'est ouvert vendredi devant la cour militaire de Kinshasa, a été suspendu jusqu'au 3 décembre.

Après l'identification de cinq des huit policiers présents à l'ouverture de l'audience, dont le chef des services spéciaux le colonel Daniel Mukalay, les avocats des parties civiles ont demandé à la cour de reporter au 10 décembre la lecture des faits reprochés aux accusés.

Ce délai devait permettre à certains de leurs confrères étrangers d'obtenir leur visas afin d'assister au procès, et également de trouver une autre salle d'audience, moins exigüe que celle de la cour militaire -d'une surface d'environ 40 m2-, où plus d'une centaine de personnes s'étaient entassées vendredi, la plupart restant debout.

Ils ont expliqué qu'ils avaient besoin de temps pour mieux prendre connaissance du volumineux dossier d'instruction de 1.600 pages, qui ne leur avait été transmis que 48 heures avant l'ouverture du procès.

Les avocats des accusés ne se sont pas opposés à ce report, mais ont proposé une reprise dans deux semaines.

La cour a finalement décidé que l'audience reprendrait le 3 décembre, et se tiendrait à la prison centrale de Makala à Kinshasa, si un autre lieu n'était pas trouvé d'ici début décembre.

Militant respecté et connu, président-fondateur de l'ONG la Voix des sans voix, Floribert Chebeya, 47 ans, a été retrouvé mort le 2 juin dans sa voiture, les mains liées dans le dos, sur une route en périphérie de Kinshasa, au lendemain d'un rendez-vous --qui n'a pas eu lieu-- avec le chef de la police, le général John Numbi, suspendu depuis de ses fonctions.

Le chauffeur de M. Chebeya, Fidèle Bazana, qui l'avait accompagné à ce rendez-vous, est toujours porté disparu.Pour la VSV, les deux hommes ont été assassinés.