RDC: Tshisekedi, autoproclamé "président élu", veut former un gouvernement

Par La rédaction

KINSHASA (AFP) - (AFP)

L'opposant Etienne Tshisekedi, autoproclamé "président élu" de République démocratique du Congo après avoir rejeté la réélection du président sortant Joseph Kabila, a annoncé vendredi son intention de former un gouvernement et considère comme "nulles" les législatives.

M. Tshisekedi a tenu une conférence de presse à son domicile à Kinshasa où plusieurs journalistes n'ont pu accéder, la police ayant bouclé le quartier où réside l'opposant, a constaté l'AFP.

Les "points forts" de sa déclaration ont été rapportés sur le site internet de "l'opposition politique congolaise" et confirmés à l'AFP par un des proches de l'opposant.

M. Tshisekedi a annoncé qu'il prenait "sa fonction active" ce vendredi, qu'il formerait un gouvernement "la semaine prochaine" et qu'il prévoyait "un recensement général de la population avant des élections locales et ensuite nationales".

Il s'est dit "obligé de former un gouvernement sur la base de la nécessité et l'urgence et de gouverner par ordonnance jusqu'à la mise en place des institutions élues sur la base d'un véritable recensement de la population et l'organisation d'élections à tous les niveaux", précise le site internet de l'opposition.

Après avoir rejeté les résultats de l'élection présidentielle du 28 novembre 2011 qui le classait deuxième derrière le chef de l'Etat sortant Joseph Kabila, M. Tshisekedi "considère comme nulles les élections législatives" qui se sont tenues en même temps et dont les résultats ne sont toujours pas connus.

L'opposant avait dénoncé de nombreuses irrégularités lors des deux scrutins et des missions d'observations nationales et internationales de même que l'église catholique congolaise les avaient également constatées.

Selon le site internet de l'opposition, M. Tshisekedi rejette par ailleurs "toute hypothèse de table ronde ou autre solution de compromis", comme l'avaient proposé trois autres candidats de l'opposition battus à la présidentielle, dont le président du Sénat Léon Kengo.