RDC: un Casque bleu tué dans l'attaque d'une base de l'ONU

Par AFP

AFRICA RADIO

Un Casque bleu a été tué lundi dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC) dans l'attaque par le groupe armé Forces démocratiques alliées (ADF) d'un camp de la mission de l'ONU dans ce pays, a-t-on appris de sources concordantes.

Une femme caporal de 28 ans a été tuée dans l'attaque de la base de Kiliya, dans la région de Beni, par un groupe armé non-identifié vers 13H30 locales, a annoncé un communiqué du ministère de la Défense du Malawi, transmis à l'AFP.Cette base avancée de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) abrite des éléments de la force d'intervention rapide (FIB) de la mission onusienne."Une femme Casque bleu a été tuée dans l'attaque d'une base de la Monusco par de présumés ADF", a confirmé à l'AFP une source onusienne s'exprimant sous couvert d'anonymat.Le camp de Kiliya est situé à une quinzaine de kilomètres au sud-est de la ville de Béni, sur une route menant à la frontière avec l'Ouganda.Les Forces démocratiques alliées, plus connues sous l'acronyme anglais ADF, sont à l'origine des rebelles musulmans ougandais, qui ont fait souche en RDC où ils se sont installés en 1995.Les ADF sont de loin le plus meurtrier des 122 groupes armés recensés dans l'est congolais: ces dix-huit derniers mois, ils sont accusés du massacre de plus de 1.000 civils.Le 11 mars, les États-Unis ont placé ce groupe armé parmi les "groupes terroristes" affiliés aux jihadistes de l'État islamique (EI). Depuis 2019, l'EI a revendiqué, images à l'appui et sur ces canaux de communication habituels via les réseaux sociaux, certaines des attaques attribuées aux ADF.En décembre 2017, quinze Casques bleus tanzaniens avaient été tués par les ADF dans l'attaque de leur base, toujours en territoire de Beni. En décembre 2018, sept autres Casques bleus ont été tués dans une embuscade tendue par des ADF.Le 6 mai dernier, les provinces du Nord-Kivu et de l'Ituri ont été placées sous le régime de l'état de siège par le président Félix Tshisekedi, pour tenter d'y juguler la violence, notamment les attaques meurtrières des ADF. Près de 122 groupes armés ont été recensés dans l'est congolais.Les gouverneurs militaires, nommés pour remplacer les gouverneurs civils de ces deux provinces, ont officiellement pris leur fonction lundi.Les généraux Constant Ndima et Johnny Luboya, nommés respectivement à la tête du Nord-Kivu et de l'Ituri, y remplaceront les autorités civiles pendant la période de l'état de siège, soit 30 jours, reconductibles par quinzaine."Vous êtes devenus des réfugiés porteurs d'armes, vous nous endeuillez, vous éventrez nos enfants et nos femmes. Trop c'est trop!", a tempêté devant la presse le général Ndima. "Les groupes armés étrangers ne sont pas chez eux. Ils doivent quitter" la RDC, a déclaré pour sa part le général Luboya.La nomination d'officiers pour gérer ces deux provinces ont suscité les inquiétudes des défenseurs des droits de l'homme, craignant des exactions dont sont coutumiers certains militaires des forces armées congolaises (FARDC).