Rebondissement judiciaire dans la guerre entre la Zambie et sa principale mine de cuivre

28 juin 2019 à 12h56 par AFP

AFRICA RADIO

La justice zambienne a annulé vendredi une précédente décision suspendant la vente des actifs de la principale mine de cuivre du pays, nouveau rebondissement du bras de fer qui oppose le chef de l'Etat Edgar Lungu au groupe indien Vedanta.

"L'ordre de suspension des pouvoirs du liquidateur judiciaire en date du 26 juin 2019 (...) est annulé", a finalement jugé la Haute cour de la capitale Lusaka.Le mois dernier, cette juridiction avait nommé ce liquidateur pour démanteler les actifs de Kondola Copper Mines (KCM), le premier producteur de cuivre zambien, à la demande insistante du gouvernement de M. Lungu.Depuis plusieurs semaines, une féroce bataille oppose les deux actionnaires de KCM, le groupe Vedanta Resources (79,4%), coté à Londres, et l'Etat zambien (20,6%).Le président Lungu reproche à son partenaire d'avoir violé le code minier et de ne pas avoir payé tous ses impôts. L'entreprise Vedenta Resources, premier employeur du pays avec 13.000 salariés, conteste ces allégations.Ces tensions sont nées du projet de réforme fiscale du chef de l'Etat qui, dit le groupe, menace dangereusement ses activités.Etranglée par une forte dette, la Zambie, deuxième producteur africain du cuivre, a décidé de frapper son secteur minier au portefeuille en remplaçant l'actuelle TVA par une nouvelle taxe sur les ventes.Les compagnies étrangères ont toutes averti que cet impôt, qu'elles jugent excessif, pourrait les pousser à quitter le pays.os-pa/sd