Réforme agraire en Afrique du Sud: possibles restrictions pour les étrangers

Par La rédaction

JOHANNESBURG (AFP)

Le président sud-africain Jacob Zuma a indiqué samedi que la possession de terres par des étrangers pourrait subir des restrictions afin de relancer des réformes visant à transférer des terres à la majorité noire.

"Afin d'avoir davantage de terres disponibles pour la réforme agraire et la restitution des terres, le gouvernement examine trois moyens pour exploiter les terres", a déclaré le président Zuma dans un discours lors du 99ème anniversaire du parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC).

Il s'agit de "terres d'Etat qui peuvent uniquement être possédées via une location en bail, de la pleine propriété avec une limitation sur les terres privées, et des étrangers (qui) seront autorisés à louer des terres mais la propriété reviendra aux Sud-Africains", a-t-il précisé.

L'Afrique du Sud envisage de relancer des réformes agraires, qui sont en grande partie restées lettre morte, visant à transférer d'ici 2014 30% des terres détenues durant l'apartheid par des Blancs aux Noirs.Mais la nouvelle législation a été retardée à plusieurs reprises.

"La restitution des terres au peuple a toujours été une partie intégrale de la lutte pour la liberté", a souligné le président Zuma, lors des cérémonies dans la ville de Polokwane (nord).

"La réforme agraire sera désormais basée sur la +déracialisation+ de l'économie rurale", a-t-il poursuivi.

Le chef de l'Etat a en outre promis la création de nombreux emplois dans un pays où le taux de chômage est officiellement de 25,2% (plus de 40% selon des chiffres officieux).La majorité noire est particulièrement touchée par la pauvreté.