Rentrée des classes en Libye, les écoliers vont étudier la révolution

Par La rédaction

TRIPOLI (AFP) - (AFP)

A l'occasion de la rentrée samedi de plus d'un million d'écoliers libyens, le ministre de l'Education explique que les manuels d'Histoire comprendront de nouveaux chapitres, notamment la révolution qui a mis fin au régime de Mouammar Kadhafi, et seront purgés de ses enseignements.

Sous Mouammar Kadhafi, "l'Histoire de la Libye a été modifiée (...) des pans de l'Histoire ont été réécrits", souligne Souleimane Ali al-Saheli lors d'un déplacement à l'école Ali Chems, à Tripoli.

"Nos enfants étudieront tout le conflit, même les détails de la mort de Kadhafi", a-t-il précisé à l'AFP pendant ce déplacement à Abou Slim, quartier tristement célèbre pour la prison où le régime déchu enfermait ses opposants.

La première décision d'un comité nommé par le Conseil national de transition (CNT) au pouvoir a été de supprimer l'enseignement du "Livre vert", une compilation d'aphorismes et de principes politiques rédigée par Mouammar Kadhafi qui a régné sans partage pendant plus de 41 ans, avant d'être tué fin octobre après huit mois d'une révolte populaire devenue conflit armé.

"Les enseignements politiques de Kadhafi, les leçons militaires et l'étude de la +Jamahiriya+ (que Kadhafi définissait comme un "Etat des masses" gouvernant par le biais de comités populaires élus) ont été retirés du nouveau programme", a ajouté M. Saheli devant des écoliers, des instituteurs et des représentants de l'Unicef.

Le ministre a toutefois souligné les "difficultés" à réformer un système éducatif longtemps dédié à la gloire du dirigeant.

"Par le passé, l'une des activités des enseignants consistait à glorifier le tyran.Nous devons désormais sensibiliser les professeurs aux activités éducatives", a-t-il expliqué.

Mais un autre défi se pose à l'enseignement en Libye: "les écoles ont été endommagées et nous manquons d'argent.Tout cela a contribué à retarder l'envoi des livres aux écoliers", a ajouté le ministre.

Les écoles dans plusieurs villes du pays, notamment à Benghazi où la révolte a débuté et à Syrte, région natale de Kadhafi, ont été durement endommagées pendant le conflit.

En dépit de ces difficultés, les autorités libyennes de transition ont fixé la date de la rentrée à samedi.

Le vice-ministre de l'Education Souleimane al-Khoja a indiqué à l'AFP que l'année scolaire qui débute samedi et finira en juin a pour but de rattraper les cours perdus pendant le conflit.

"A partir du 15 septembre, nous recommencerons une année scolaire complète qui se finira en juin 2013", a-t-il ajouté.

L'Unicef a annoncé dans un communiqué que plus de "1,2 million d'enfants" retournaient à l'école à travers tout le pays samedi, dix mois après l'arrêt des cours en raison des combats.

Selon l'agence onusienne, 27 millions de livres ont été imprimés et 10 millions ont déjà été distribués par le ministère de l'Education à travers le pays.

Toutefois, d'autres défis subsistent comme "le sort des (écoliers) déplacés, le manque de bureaux et de livres ainsi que le transport scolaire", souligne l'Unicef.