Reprise des affrontements à Alger, violents incidents à Annaba

Par La rédaction

ALGER (AFP)

Les affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont repris vendredi à Alger tandis que de violents incidents ont éclaté à Annaba, dans l'est de l'Algérie, où des manifestants ont affronté la police, ont constaté des correspondant de l'AFP.

A Alger, dans le quartier populaire de Belouizdad (Belcourt), des groupes de jeunes ont affronté avec des pierres et des bouteilles en verre des policiers déployés en masse et lourdement armés, selon ces sources.

Les policiers se sont opposés aux manifestants en faisant usage de canons à eau et de gaz lacrymogènes.

A Annaba, épargnée jusqu'à présent par la contestation qui s'est étendue depuis son début à une dizaine de départements, de violents incident ont éclaté après la grande prière du vendredi dans le quartier populaire dit "gazomètre", selon un correspondant de l'AFP

Les incidents ont commencé vers 15H00 (14H00 GMT) quand des centaines de jeunes se sont mis à lancer une pluie de pierres contre des policiers déployés depuis la veille, notamment autour des bureaux de la wilaya (département).

Les échauffourées se sont ensuite étendues à la cité voisine des Lauriers-Roses avant que les manifestants ne coupent avec des barricades la principale artère menant vers le Centre hospitalier universitaire de la ville, selon la même source.

A Oran, la grande métropole de l'ouest algérien, où plusieurs édifices publics avaient été saccagés mercredi soir, les échauffourées ont repris vendredi après-midi dans la quartier du Petit-Lac, à quelque 2 km de la ville.

Des dizaines de jeunes ont attaqué avec des pierres des policiers qui ont riposté avec des grenades lacrymogènes, selon un correspondant de l'AFP.

La contestation a gagné également vendredi des quartiers de Tébessa, ville algérienne de l'est proche de la frontière tunisienne, selon un correspondant de l'AFP.

Des manifestants ont attaqué une maison de jeunes du quartier de Zaouia où ils ont dérobé du matériel informatique notamment des ordinateurs, a-t-il précisé.

Une course-poursuite s'est engagée avec des policiers qui tentaient de disperser les manifestants mais ces derniers ont réussi à prendre la fuite.

Les incident se sont ensuite étendus à d'autres quartiers de Tébessa, située à une cinquantaine de kilomètres de la Tunisie, elle-même déchirée par des tensions sociales très vives depuis trois semaines.

Des manifestations agitent l'Algérie depuis une semaine avec des émeutes violentes dans plusieurs départements depuis mercredi.

Depuis plus d'une semaine, de petits groupes de jeunes dénoncent un peu partout dans le pays ce qu'ils appellent leur "mal-vivre", que ce soit faute d'emploi -plus de 20% des jeunes sont chômeurs- ou faute de logements.