Rwanda: arrestation à Bruxelles d'un responsable du génocide de 1994

20 avril 2011 à 7h46 par La rédaction

BRUXELLES (AFP)

Un ancien magistrat rwandais, Mathias Bushishi, recherché par Interpol pour sa participation au génocide commis dans son pays en 1994, a été arrêté et écroué lundi à Bruxelles, a-t-on appris mercredi auprès du parquet fédéral belge.

Mathias Bushishi, 71 ans, était procureur à Butare (sud).L'avis de recherche lancé par Interpol précise qu'il est recherché pour "crimes de guerre" et "génocide".

Il a été écroué à la prison de Forest à Bruxelles et pourrait être jugé pour ses crimes devant la cour d'assises de Bruxelles en vertu de la loi de compétence universelle, qui permet aux tribunaux belges de juger les auteurs présumés de crimes contre l'humanité, a précisé le parquet.

Deux hommes d'origine rwandaise ont été arrêtés fin mars en Belgique et inculpés de "crimes de génocide", "crimes de guerre" et "crimes contre l'humanité" pour leur rôle présumé dans le génocide, avaient indiqué les autorités belges, sans révéler leur identité.

Selon le journal rwandais New Times, il s'agit en fait d'Ernest Gakwaya, dit "Camarade", et d'Emmanuel Nkunzuwimye, dit "Bomboko".

Ernest Gakwaya était très connu à Nyamirambo, un quartier populaire de Kigali, et a été en 1994 "l'un des interahamwe (miliciens pro hutu, NDLR) les plus actifs pendant le génocide", explique le New Times, citant "des survivants".

Quant à Emmanuel Nkunzuwimye, "il est considéré comme un proche de Jean-Marie Vianney Mudahinyuka, condamné à 19 ans de prison au Rwanda", selon la même source.

La Belgique a déjà mené quatre procès liés au génocide rwandais, qui a fait environ 800.000 morts, selon l'ONU, essentiellement des membres de la minorité tutsi.

Fin 2009, Ephrem Nkezabera, surnommé le "banquier du génocide", a été condamné à 30 ans de réclusion par la cour d'assises de Bruxelles.

La même cour d'assises avait déjà condamné à de lourdes peines deux religieuses, un universitaire et un industriel rwandais en 2001, deux commerçants du nord du pays en 2005, puis un ex-major en juillet 2007