Rwanda: Kagame face à trois autres candidats pour la présidentielle

7 juillet 2010 à 14h06 par La rédaction

KIGALI (AFP)

Le président Paul Kagame sera confronté à trois adversaires, dont deux anciens ministres, lors d'une élection présidentielle convoquée le 9 août au Rwanda, selon la liste officielle des candidats publiée mercredi par la commission électorale.

Elu à la tête de l'Etat en 2003 mais véritable homme fort du régime depuis juillet 1994, M. Kagame, grand favori du scrutin du mois prochain, est le candidat de l'ancienne rébellion du Front patriotique rwandais (FPR, aujourd'hui au pouvoir) qui a mis fin au génocide de 1994 et dont il est le président.

Parmi les autres candidats figure le vice-président de l'Assemblée nationale et ancien ministre de la Santé, Jean Damascène Ntawukuriryayo, candidat du Parti social-démocrate (PSD).Le Parti libéral (PL) présente le vice-président du Sénat, Prosper Higiro, ancien ministre du Commerce.

Sur la liste figure une seule femme, la sénatrice Alvera Mukabaramba, membre du Parti du progrès et de la concorde (PPC), une petite formation politique créée en 2003.

"Ce sont les quatre (candidats) qui se sont présentés et leurs dossiers ont été tous retenus parce que remplissant les conditions prévues par la loi", a indiqué Charles Munyaneza, secrétaire exécutif de la Commission nationale électorale du Rwanda.

Lors de la première élection présidentielle post-génocide en 2003, le PL et le PSD avaient soutenu le candidat Kagame.Mme Mukabaramba qui avait été désignée candidate de son parti, s'était retirée de la course à la veille du scrutin et avait appelé à voter pour M. Kagame.

L'autodidacte Jean-Népomuscène Nayinzira qui avait annoncé son intention de se représenter comme candidat indépendant n'a finalement pas déposé sa candidature.

Des dirigeants de l'opposition naissante, telle Victoire Ingabire, présidente des Forces démocratiques unifiées (FDU), un parti créé en exil, accusent le régime de leur avoir barré à la route, en refusant d'enregistrer leur formations.

Inculpée par la justice rwandaise de négation du génocide des Tutsi et de complicité de terrorisme, Mme Ingabire est sous contrôle judiciaire.

Un autre opposant qui avait annoncé son intention de se présenter, Bernard Ntaganda, a été arrêté le 24 juin et son procès, notamment pour terrorisme, s'est ouvert mardi avec à ses côtés neuf co-accusés.