Sahara occidental: le Maroc conforte ses positions au poste-frontière de Guerguerat

24 novembre 2020 à 18h31 par AFP

AFRICA RADIO

Le Maroc a fini de déblayer l'accès au poste frontière de Guerguerat, confortant ses positions militaires après avoir déployé des troupes sur la seule route menant du Sahara occidental à la Mauritanie, a constaté mardi une équipe de l'AFP sur place.

Le 13 novembre, le Maroc a envoyé des troupes dans la région pour chasser un groupe de militants indépendantistes sahraouis qui bloquaient la route depuis trois semaines avec le soutien de quatre véhicules armés. Le Polisario, qui conteste la légalité de cet axe routier, contraire selon lui à l'accord de 1991 signé sous l'égide de l'ONU, a réagi en rompant le cessez-le-feu vieux de trente ans.L'armée marocaine conserve ses positions sur le terrain, en phase avec la décision du roi Mohamed VI de "sécuriser définitivement" la zone, de "garantir la fluidité du trafic routier" et de prévenir toute incursion des indépendantistes du Front Polisario, a indiqué un haut responsable gouvernemental joint à Rabat.Réduit à un entrelacs de pistes sur ses derniers kilomètres, le dernier tronçon de cette voie cruciale pour le commerce vers l'Afrique de l'Ouest a été terrassé. Des tonnes de déchets disséminés dans le sable ont été ramassés et brûlés, selon l'équipe de l'AFP. Les petits métiers plus ou moins licites qui profitaient du statut spécial de cette zone démilitarisée tracée dans le cadre d'un accord de cessez-le-feu datant de 1991 ont été chassés.Depuis la rupture du cessez-le-feu décrétée le 13 novembre par le Polisario, des échanges ponctuels de tirs ont opposé les deux camps plus à l'est et au nord, le long du mur de sable de 2.700 km érigé par les Marocains.Le Polisario, soutenu par l'Algérie et qui se dit déterminé à "poursuivre la lutte (...) contre l'occupation marocaine", annonce régulièrement des "pertes importantes" côté marocain. Pour sa part, l'ONU, dont la force de paix déployée dans la région n'a pour l'instant pas fait état de victimes, s'efforce de revenir au statu quo pour relancer un processus politique.Pendant ce temps, des partisans du Polisario ont tenté ces derniers jours de manifester dans certains quartiers de Laayoune, au nord de la zone contrôlée par le Maroc, mais se sont heurtés à la police, selon l'association marocaine des droits de l'Homme (AMDH). Jointes par l'AFP, les autorités marocaines se sont refusées à commenter ces événements, sans les démentir.Mardi, un groupe de sahraouis en grande tenue traditionnelle est venu manifester bruyamment son soutien au poste-frontière de Gerguerate, à l'extrême sud, en criant "Notre Sahara, notre roi". Plusieurs élus locaux et des chefs de tribus avaient affiché leur position pro-Rabat ces derniers jours.