Sao Tomé: un nouveau scrutin pour les législatives dans une circonscription

Par La rédaction

SAO TOME (AFP)

Un nouveau scrutin comptant pour les législatives aura lieu dimanche dans deux bureaux d'une circonscription de Sao Tomé-et-Principe, le résultat pouvant modifier les rapports de force au parlement, a-t-on appris vendredi de source officielle.

Les deux bureaux où le vote a été perturbé représentant un total de 901 voix appartiennent à la circonscription de Mé-Zochi qui donne 13 députés au Parlement avec 20.344 inscrits, selon la Commission électorale nationale (CEN).

Actuellement, sans le dépouillement des deux bureaux manquants, Action démocratique indépendante (opposition) de l'ancien Premier ministre Patrico Trovoada a obtenu 7 des 13 députés, le Mouvement de libération de Sao Tomé-et-Principe/Parti social démocratique (MLSTP/PSD) de l'actuel Premier ministre Rafael Branco a remporté 4 sièges, alors que le Parti de la convergence démocratique (PCD, coalition au pouvoir avec le MLSTP) et le Mouvement démocratique force de changement/Parti libéral (MDFM-PL) du président Fradique de Menezes en ont obtenu un chacun.

La CEN n'a pas voulu divulguer le détail des voix dans la circonscription de Mé-Zochi mais selon une source au sein de la commission, le siège obtenu par le PCD dans la circonscription pourrait basculer vers le MDFM-PL.

Selon les résultats nationaux provisoires, l'ADI a 26 sièges sur 55, le MLSTP 21 sièges, le PCD 7, et le MDFM-PL 1 seul.Or, l'ADI qui ne dispose que d'une majorité relative pourrait obtenir une majorité absolue si le MDFM-PL, son allié naturel, remporte un siège de plus.

Les élections auront lieu à Belem (406 électeurs) où des habitants ont perturbé le vote, réclamant un boycott des élections en raison d'absence d'eau potable dans leur commune, et à Montalvao (495 électeurs) où une urne a été volée.

Le résultat de ces élections devrait une nouvelle fois rendre le gouvernement très fragile.Depuis 1991, et l'avènement de la démocratie, pas moins de 14 Premiers ministres se sont succédé à la tête des différents gouvernements, la majorité absolue n'ayant été obtenue qu'une fois par un seul parti (MLTSP en 1998).