Sécheresse: les dirigeants africains appelés à aider les victimes

25 août 2011 à 7h45 par La rédaction

ADDIS ABEBA (AFP) - (AFP)

Les dirigeants et le secteur privé d'Afrique sont appelés à venir en aide aux quelque  12 millions de personnes touchées par la sécheresse dans l'est du continent, à l'occasion d'une conférence ouverte jeudi à Addis Abeba.

Plus d'un mois après la déclaration par l'ONU de l'état de famine dans deux régions du sud de la Somalie et trois semaines après la date initialement retenue pour la réunion, l'enveloppe globale du continent sera rendue publique à l'issue de cette "Conférence d'annonce de contributions sur la région de la Corne de l'Afrique", ouverte peu avant 09h00 GMT.

Le haut représentant de l'UA pour la Somalie, l'ancien président ghanéen Jerry Rawlings, la secrétaire générale adjointe des Nations unies Asha Rose Migiro ainsi que la Commissaire européenne en charge de la Coopération internationale et de l'aide humanitaire Kristalina Georgieva assistent à cette conférence.

Peu de chefs d'Etat et de gouvernement avaient pris place dans la salle de conférence des Nations unies à Addis Abeba, à l'ouverture des débats qui doivent prendre fin jeudi après-midi.

Le président en exercice de l'UA, l'Equato-guinéen Teodoro Obiang Nguema, le Premier ministre éthiopien Meles Zenawi, le président djiboutien Ismaël Omar Guelleh, le président somalien Cheikh Sharif Ahmed étaient toutefois présents.

Les besoins sont énormes: sur les 2,4 milliards de dollars nécessaires selon le bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), 1,1 milliard doivent encore être financés.

C'est la première fois que l'Union africaine organise un tel événement destiné à lever des fonds collectivement pour une crise humanitaire sur le continent, a expliqué à l'AFP le porte-parole de la commission de l'UA, Noureddine Mezni.

Le secteur privé opérant sur le continent a également été invité à contribuer: des représentants de Coca-Cola, Shell, British American Tobacco (BAT) ou encore Unilever devaient également assister à cette réunion.

Environ 12,4 millions d'habitants de la Corne de l'Afrique sont touchés par une sécheresse de grande ampleur qui a décimé le bétail et réduit à néant les récoltes dans des régions sous-développées du sud de l'Ethiopie, de Djibouti, du Nord du Kenya et du nord de l'Ouganda.

La Somalie est le pays le plus touché, le conjonction de la sécheresse et du conflit entre insurgés islamistes radicaux et gouvernement de transition ayant débouché sur la pire crise humanitaire enregistrée dans le pays depuis 1991-1992.L'ensemble du sud du pays est susceptible d'être déclaré en état de famine dans les semaines à venir.

Sur les 2,8 millions de personnes nécessitant une aide d'urgence dans le sud de la Somalie, environ 450.000 sont touchés par la famine, selon l'Ocha.

"Je veux sonner le clairon pour que tous les Africains (...) agissent contre la faim en donnant de l'argent ou des biens en nature pour une assistance d'urgence et vitale à nos frères et soeurs de la Corne de l'Afrique", a récemment lancé le président de la commission de l'UA Jean Ping.

Si la crise humanitaire est appelée à se prolonger dans les mois à venir, le temps de réaction des dirigeants africains et de l'UA face à l'urgence de la situation a été critiqué par les groupements de société civile du continent partenaires au sein d'une campagne d'appels aux dons baptisée "Africans Act 4 Africa (AA4A - "Les Africains agissent pour l'Afrique").

Ces derniers ont fixé à 50 millions de dollars la somme qui devrait être collectée au minimum, mais "100 millions démontreraient qu'ils (les dirigeants africains) sont sérieux quand ils parlent de solutions africaines à des problèmes africains", a expliqué jeudi à l'AFP une représentante de l'ONG Oxfam, membre de la campagne AA4A.