Seif Al-Islam détenu dans de bonnes conditions, doit avoir accès à un avocat selon le HRW

Par La rédaction

TRIPOLI (AFP) - (AFP)

L'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW) a appelé mercredi les autorités libyennes à garantir à Seif Al-Islam, fils de l'ancien dirigeant Mouammar Kadhafi, un "accès immédiat" à un avocat, notant que sa détention se déroulait dans de "bonnes conditions".

"Les autorités libyennes semblent maintenir Seif al-Islam Kadhafi dans de bonnes conditions matérielles, mais doivent lui permettre un accès immédiat à un avocat", a indiqué HRW dans un communiqué.

HRW affirme avoir rendu visite à Seif al-Islam Kadhafi le 18 décembre, dans son lieu de détention à Zenten, à 180 km au sud-ouest de Tripoli, grâce à une autorisation accordée par le procureur général libyen, Abdelaziz al-Hasadi, en charge de l'enquête.

Fred Abrahams, conseiller spécial de HRW, s'est entretenu en privé avec Seif al-Islam Kadhafi durant 30 minutes.

"Seif al-Islam Kadhafi affirme qu'il obtient de la bonne nourriture et des soins médicaux.Il n'avait pas de plaintes concernant les conditions matérielles de sa détention", a déclaré M. Abrahams, cité dans le communiqué.

"Sa préoccupation principale était le manque d'accès à sa famille et à un avocat pour plaider sa cause", ajoute le texte.

M. Hasadi a déclaré à HRW qu'il permettrait à Seif al-Islam Kadhafi d'avoir accès à un avocat dès que serait prêt le centre de détention sécurisé que le gouvernement prépare à Tripoli.

Il a précisé que Seif al-Islam Kadhafi pourrait y séjourner sans risque d'attaque par ceux qui souhaitent le libérer ou par ceux qui veulent s'en prendre à lui.

Selon le code pénal libyen, l'Etat doit permettre au détenu un accès à un avocat pendant l'enquête.

"S'exprimant confortablement en anglais dans un cadre privé, Seif al-Islam a indiqué qu'il n'avait pas de plaintes au sujet de son traitement physique par ses ravisseurs, tant par ceux qui l'ont appréhendé près d'Obari dans le sud de la Libye le 19 novembre que par ceux qui le détenaient à Zenten", ajoute le texte.

"Le traitement est correct (...) Il n'y a pas de torture ou quoi que ce soit de tel", a affirmé Seif al-Islam, selon le communiqué.