Sénégal: le prix de la cigarette baisse, la colère monte

Par La rédaction

DAKAR (AFP) - (AFP)

Au Sénégal, le cigarettier Philip Morris a baissé de près de 40% le prix d'une marque de cigarette, suscitant la réprobation d'ONG, de l'Etat et des parents d'élèves qui y voient une promotion du tabagisme.Et les autorités veulent désormais durcir la loi anti-tabac.

Contacté par l'AFP, Philip Morris n'a pas souhaité s'exprimer.Au terme de sa décision, inexpliquée, le paquet de vingt cigarettes de la marque Marlboro est passé de 650 à 400 FCFA (de 99 à 61 centimes d'euro), en baisse de 250 FCFA (38 centimes d'euros), soit 38,5%.

"Cette baisse est inacceptable.Le Sénégal est le seul pays au monde où l'on peut baisser le prix du tabac et il ne se passe rien", s'emporte Abdou Aziz Kassé, cancérologue et président de la Ligue sénégalaise contre le tabac (Listab) qui regroupe une quinzaine d'associations.

La Listab a annoncé qu'elle allait saisir le gouvernement pour lui demander d'annuler la mesure et n'exclut pas une manifestation devant les locaux de Philip Morris à Dakar, dans un quartier chic du nord de la capitale.

Le ministre de la Santé Modou Fada Diagne a dénoncé une décision "catastrophique pour la santé des populations", tandis que la Fédération nationale des parents d'élèves du Sénégal (Fenaps) va s'y "opposer énergiquement", selon son président Bakary Badiane.

M. Badiane, également vice-président de la Fédération africaine des associations de parents d'élèves et d'étudiants (Fape), a indiqué qu'il allait "porter le combat au niveau africain pour éviter les dangers qui guettent les enfants".

Selon les spécialistes, l'abus de tabac provoque des maladies comme le cancer du poumon, les maladies cardio-vasculaires et l'emphysème pulmonaire.

"Payer moins d'impôt"

Le but de Philip Morris, avec cette baisse de prix, est de "payer moins d'impôt", estime sous couvert d'anonymat un responsable du ministère du Commerce, rappelant que le prix de la cigarette est libre depuis 1994 au Sénégal.

Selon lui, la mesure permet au fabricant de ranger la marque Marlboro, auparavant classée haut de gamme, dans la catégorie économique.

Au Sénégal, la taxation du tabac est, en fonction des prix et de la qualité, de 20% pour les cigarettes économiques et de 45% pour celles dites "premium" ou haut de gamme.

"Philip Morris a profité de la stratégie fiscale de l'Etat pour baisser son prix et s'aligner sur son concurrent direct (la Manufacture de tabac de l'ouest africain, MTOA) pour lui grignoter des parts de marché", estime le quotidien privé Walfadjri.

Philip Morris et MTOA, dont les parts de marché respectives ne sont pas rendues publiques, sont les deux fabricants installés au Sénégal.

"Les compagnies de tabac perdent le combat en Occident" où la législation anti-tabac a été renforcée mais "elles se replient en Afrique", a dit M. Kassé.

Selon la Listab, le marché du tabac au Sénégal était de 53,5 milliards de FCFA (près de 81,6 millions d'euros) en 2004, dont 31,5 milliards de FCFA (plus de 48 millions d'euros) de bénéfices pour l'industrie.

Le Sénégal a ratifié la Convention de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour la lutte anti-tabac, entrée en vigueur en 2005, mais ne l'applique pas encore.

La Listab demande la promulgation de la loi tirée de cette convention et une augmentation de 50% de la taxe sur le tabac.

"Nous allons accélérer le processus d'adoption de la loi" anti-tabac, répond le ministre de la Santé Modou Diagne, en annonçant également "une augmentation des taxes (qui permettra de) disposer d'argent pour la santé (publique) et dissuader les jeunes à acheter des cigarettes".

Parmi les mesures annoncées par M. Diagne, figurent "une vente de cigarettes circonscrite dans des boutiques spécialisées" et des restrictions sur la publicité: "on ne pourra par exemple plus porter de T-shirt et de gadgets" faisant la promotion du tabac.