Sénégal: les messes restent suspendues, malgré une décision du président

13 mai 2020 à 16h58 par AFP

AFRICA RADIO

L'Eglise catholique sénégalaise a décidé mercredi que les prières collectives restaient suspendues jusqu'à nouvel ordre à cause du Covid-19, malgré la récente décision du président Macky Sall de rouvrir les lieux de culte.

Les évêques du Sénégal ont estimé qu'on n'était "pas encore prêt", a dit à l'AFP l'abbé Augustin Thiaw, secrétaire général de la conférence épiscopale. "On respecte la position des politiques, mais on ne voudrait pas qu'on soit contaminé ou vecteur de contamination parce qu'on est allé à l'église", a-t-il dit.Le président sénégalais a pourtant annoncé lundi soir la réouverture des lieux de culte, en dépit de l'augmentation constante du nombre de contaminés. Cela concerne les mosquées dans un pays musulman à plus de 90%, mais aussi les églises chrétiennes. Les catholiques représentent environ 5% de la population.Le président sénégalais a invoqué la nécessité "d'apprendre à vivre en présence du virus" qui devrait continuer à circuler jusqu'en août ou septembre selon lui.Les responsables religieux musulmans ont diversement réagi à l'annonce du président.Le chef de la puissante confrérie musulmane des mourides, Serigne Mountakha Mbacké, a fait connaître par son porte-parole les modalités de reprise de la prière collective: port du masque, lavage des mains et distanciation obligatoire.D'autres ont exprimé des réserves, compte tenu du risque de promiscuité et de contagion au cours du culte.La pression religieuse a été invoquée dans les commentaires comme l'une des raisons, avec les nécessités économiques, de l'allègement des restrictions d'activités annoncé lundi par le chef de l'Etat. La décision ultra-sensible de fermer les lieux de culte fin mars avait divisé l'opinion."Nous, vos pères évêques du Sénégal, comptons rester fidèles à notre devoir de protéger partout et en toutes circonstances la santé et la vie des populations", dit l'archevêque de Dakar, Mgr Benjamin Ndiaye, dans un communiqué publié mercredi au nom des évêques du Sénégal.Aussi les messes publiques, les pèlerinages, à commencer par celui prévu à la Pentecôte fin mai et début juin, les kermesses, demeurent-ils suspendus. Les évêques avaient fait le choix de cette suspension le 13 mars, avant même la décision des autorités de fermer les lieux de culte, a souligné l'abbé Thiaw.Dans les faits, les églises du Sénégal sont restées ouvertes, mais seulement pour les dévotions privées, a-t-il dit.Le Sénégal a officiellement déclaré 2.105 cas de contamination et 22 décès. La pandémie reste relativement contenue, mais l'inquiétude demeure quant aux limites du système sanitaire de ce pays pauvre si la propagation s'étendait.