Sénégal: nouvel appel à ne pas payer les factures d'électricité

30 septembre 2010 à 9h53 par La rédaction

DAKAR (AFP)

Un imam, coordonnateur d'un collectif d'habitants d'une banlieue de Dakar, a de nouveau appelé jeudi les Sénégalais à ne pas payer leurs factures d'électricité pour protester contre les délestages qui, après une amélioration de quelques semaines, ont repris dans le pays.

"La question de l'électricité au Sénégal, ce n'est pas quelque chose qu'on peut régler par des marches et des lamentations", note l'imam Youssoupha Sarr, coordonnateur du Collectif des imams et résidents de Guédiawaye, grande banlieue très peuplée de Dakar, dans un entretien au quotidien Le Populaire (privé).

"La solution, c'est que les Sénégalais se rendent compte enfin que c'est eux qui font fonctionner la Sénélec (Société nationale d'électricité) par leur argent.Qu'ils gardent leur argent tant que la Sénélec ne donne pas correctement l'électricité !", affirme-t-il.

Les délestages ont repris cette semaine au Sénégal, notamment à Dakar, entraînant des manifestations spontanées de colère dans plusieurs quartiers de la capitale et d'autres villes telles que Thiès et Diourbel, dans l'Est.

Les manifestants ont incendié des pneus, attaqué des bus à coups de pierre, entraînant l'intervention des forces de l'ordre qui ont fait usage de gaz lacrymogène pour les disperser, rapportaient jeudi les quotidiens de la presse privée sénégalaise.

De telles manifestations de colère s'étaient produites en juillet et début août: des imams avaient alors déjà appelé à ne plus payer les factures de la Sénélec qui avait mis les innombrables délestages de cette période sur le compte d'un carburant de mauvaise qualité alimentant les centrales.

Cette fois-ci, la Sénélec explique la reprise des coupures par des incidents techniques dans une centrale de la région dakaroise.