Sénégal: un défenseur des migrants inculpé et écroué pour "fausses nouvelles"

Par AFP

AFRICA RADIO

La justice sénégalaise a inculpé et écroué mardi un défenseur des droits des migrants pour "diffusion de fausses nouvelles" après ses propos sur l'argent versé par l'Union européenne pour aider le Sénégal à lutter contre l'immigration clandestine, a-t-on appris auprès de ses avocats.

Boubacar Sèye, président-fondateur de Horizons sans frontières (HSF), une ONG active dans la défense des migrants, avait été arrêté le 15 janvier à l'aéroport Blaise Diagne de Diass, près de Dakar, à son retour d'Espagne.Il avait dans la foulée été placé en garde à vue par la gendarmerie.La justice lui reproche de récentes déclarations sur "l'utilisation des fonds alloués par l'UE pour lutter contre l'immigration clandestine au Sénégal", a déclaré mardi à l'AFP un de ses avocats, Assane Dioma Ndiaye.M. Sèye avait déclaré en octobre-novembre 2020 dans divers médias au Sénégal que "depuis 2005, plusieurs milliards de francs CFA (plusieurs millions d'euros) ont été dépensés et qu'il fallait s'arrêter et évaluer" cette politique, a précisé un autre membre de sa défense, Amadou Diallo."Il a été aujourd'hui inculpé pour diffusion de fausses nouvelles et placé sous mandat de dépôt, mais il n'a pas accusé qui que ce soit. Il a simplement demandé qu'on fasse le bilan de cet argent", a dit Me Ndiaye.Les départs d'embarcations remplies de migrants s'étaient multipliés au milieu de l'an dernier sur les côtes au Sénégal, un pays qui reçoit un appui multiforme de l'UE pour lutter contre l'immigration clandestine, notamment dans le cadre de Frontex, l'Agence européenne de surveillance des frontières.Un grand nombre de Sénégalais auraient péri pendant cette période en tentant de gagner en pirogue l'archipel espagnol des Canaries, porte d'entrée à l'Europe, au cours de cette nouvelle vague de départs.L'Organisation internationale des migrations (OIM) a fait état de 140 morts au cours d'un seul naufrage au large du Sénégal fin octobre, bilan contesté par le gouvernement sénégalais.