Sénégal: "victoire ou second tour, tout est encore possible", affirme le président Abdoulaye Wade

Par La rédaction

DAKAR (AFP) - (AFP)

Le président sortant Abdoulaye Wade, candidat contesté à sa propre succession au Sénégal, a estimé lundi au lendemain du scrutin, sur la base de résultats provisoires, que "tout est encore possible", sa victoire dès le premier tour ou la nécessité d'en disputer un second.

"Le recensement qui à l'heure actuelle porte sur 282 collectivités locales sur 551, soit la moitié, nous classe en tête avec 32,17%, et 25,24% pour mon suivant.Tout est donc encore possible, victoire ou second tour", a déclaré M. Wade dans une déclaration à la presse.M. Wade n'a pas nommé le "suivant".

"Dans la perspective d'un second tour, le Parti démocratique sénégalais (PDS, au pouvoir) et ses alliés dont le candidat arrive en tête de la compétition vont naturellement explorer toutes les possibilités d'entente avec d'autres forces politiques selon des modalités à convenir ensemble", a ajouté Abdoulaye Wade.

"Ensemble nous relèverons ce défi, vous avez ma confiance et je sais pouvoir compter sur la vôtre", a assuré le président sortant, qui avait martelé pendant sa campagne qu'il était "sûr" de l'emporter dès le premier tour de la présidentielle, en recueillant plus de 50% des suffrages.

Son ancien Premier ministre Macky Sall, l'un des principaux candidats d'opposition, a affirmé qu'un second tour était "inévitable", assurant l'avoir emporté dans les principaux départements du Sénégal, dont l'agglomération de Dakar.

Un des responsables de sa campagne a assuré que M. Sall était au "coude-à-coude avec le président Abdoulaye Wade".

Les résultats provisoires officiels devraient être communiqués mardi au niveau départemental et vendredi au niveau national, selon la Commission électorale nationale autonome (Céna).

Le président Wade a salué un "scrutin transparent, démocratique et pacifique" et rendu "hommage à la maturité, à l'esprit de tolérance et au civisme" des Sénégalais.

Les électeurs se sont mobilisés dans le calme dimanche après des violences préélectorales qui avaient fait en un mois de 6 à 15 morts selon les sources, suscitant la crainte de nouveaux incidents le jour du vote.

Agé de 85 ans, M. Wade, élu en 2000 et réélu en 2007, sollicite un nouveau mandat de sept ans, mais sa candidature a été jugée anticonstitutionnelle par ses opposants.