Somalie: aucun "refuge sûr" pour l'ONU, selon les shebab

20 juin 2013 à 9h17 par La rédaction

Mogadiscio (AFP)

Les insurgés islamistes somaliens shebab ont averti jeudi l'ONU qu'elle ne trouverait "aucun refuge sûr" en Somalie, au lendemain d'une attaque suicide spectaculaire contre son principal complexe à Mogadiscio qui a fait dix-huit morts, dont huit personnes travaillant pour l'ONU, selon un bilan officiel.

Les sept assaillants font partie du bilan ainsi que trois civils somaliens pris dans les tirs.

"L'opération était destinée à montrer à l'ONU qu'elle ne trouverait aucun refuge sûr en Somalie", a lancé le porte-parole des shebab Ali Mohamed Rage -alias "Ali Dheere" ("Grand Ali")- sur Radio Andalus, l'antenne officielle du mouvement.

"C'est un avertissement pour les  mécréants qui rêvent de violer les droits du peuple somalien à l'avenir", a-t-il ajouté, accusant l'ONU de "recruter des agents pour combattre l'Islam".

La Mission de l'ONU en Somalie (Unsom) a annoncé dans la nuit qu'un fonctionnaire international, trois contractants "travaillant à la gestion" du site visé - qui regroupe des bureaux et logements pour les employés expatriés de plusieurs agences onusiennes - et quatre gardes somaliens avaient été tués lors de l'attaque de mercredi.

Trois des victimes tuées étaient des étrangers: deux Sud-Africains et une Kényane, les cinq autres des Somaliens.

Deux des contractants tués étaient des salariés sud-africains de l'entreprise sud-africaine d'armement Denel, a indiqué celle-ci dans un communiqué.

L'entreprise est notamment présente en Somalie via une de ses filiales, Mechem, spécialisée dans le déminage.

Le fonctionnaire international tué était une femme de nationalité kényane, a indiqué une source onusienne à l'AFP.

Trois civils somaliens ont également été tuées, pris dans les échanges de tirs nourris entre membres du commando shebab et les forces somaliennes et de l'Union africaine (Amisom), selon la police somalienne.

Un commando shebab est parvenu à pénétrer mercredi dans le complexe de l'ONU, situé sur un axe majeur de Mogadiscio reliant l'aéroport au centre-ville, après que les explosions consécutives d'un véhicule piégé et d'un kamikaze à l'entrée eurent ouvert la voie.

Les assaillants ont ensuite affronté les forces somaliennes et l'Amisom durant près de 90 minutes avant d'être abattus ou de déclencher les explosifs qu'ils portaient sur eux.

Cette "claire démonstration de force montre que ni les tanks et ni un important arsenal militaire n'empêcheront nos moudjahidine de défendre les valeurs de leur religion", a averti le porte-parole des shebab.