Somalie: deux otages étrangers aux mains de pirates

Par La rédaction

MOGADISCIO (AFP)

Des pirates détenaient dimanche dans le sud de la Somalie deux ressortissants étrangers, capturés il y a quelques jours lors de l'assaut de leur bateau de plaisance au large des Seychelles, selon des sources locales concordantes.

Les deux otages, un homme et une femme, sont détenus dans une zone difficile d'accès près de la localité de Barawe (sud de la Somalie), selon ces sources.

Les pirates ont ouvert le feu sur un troisième otage, un homme qui s'opposait dimanche matin à son transfert à terre, mais les informations étaient contradictoires sur le sort de cette personne.

Plusieurs hélicoptères ont poursuivi les pirates lors du transfert des otages à terre, dimanche matin, ont rapporté des sources somaliennes locales.Un porte-parole de l'opération anti-piraterie EU Navfor-Atalante interrogé par l'AFP a indiqué n'avoir aucun commentaire à faire à ce propos.

"Des hélicoptères militaires ont tenté d'intercepter les pirates avant qu'ils n'atteignent la côte ce (dimanche) matin avec les trois otages kidnappés près des Seychelles il y a quelque jours", a rapporté un pirate du port somalien d'Harardere, Hassan Abukar, interrogé par l'AFP.

"Ils (les pirates) ont apparemment tiré sur l'un (des otages), un Noir qui refusait de descendre à terre, et ils l'ont laissé sur place, mais je ne peux pas dire s'il est mort", a poursuivi le pirate.

"Des pêcheurs ont vu plusieurs hélicoptères poursuivre des pirates qui retenaient en otage trois étrangers dont un Noir", a rapporté pour sa part à l'AFP un ancien de Barawe, Suleman Moalim Ahmed.Les pirates "sont parvenus à rejoindre la terre avec un homme et une femme, des Blancs, laissant derrière eux un autre (otage) alors que les hélicoptères s'approchaient", selon les témoignages rapportés par cet ancien.

Le ministère sud-africain des Affaires étrangères a pour sa part indiqué qu'un otage, donné par certains médias comme abattu par les pirates, "n'était pas un citoyen sud-africain"."Nous enquêtons, avec nos partenaires internationaux en Somalie, sur l'identité des deux autres personnes kidnappées qui pourraient être des ressortissants sud-africains", poursuit le communiqué.

Les insurgés islamistes shebab, qui contrôlent la ville de Barawe, se sont pour leur part refusé à tout commentaire.