Somalie: le président erythréen nie tout soutien aux islamistes shebab

18 août 2011 à 15h54 par La rédaction

KAMPALA (AFP) - (AFP)

Le président érythréen Issaias Afeworki a rejeté les accusations de soutien de son pays aux insurgés islamistes shebab en Somalie, formulées notamment dans un récent rapport des Nations unies, jeudi à l'issue d'une rare visite d'Etat en Ouganda.

"C'est très triste que toutes ces inventions se retrouvent dans la tête de beaucoup de gens", a répondu M. Issaias, interrogé sur ces accusations pendant une conférence de presse avec son homologue ougandais Yoweri Museveni.

La visite de trois jours en Ouganda du président érythréen, qui règne sans partage sur ce petit pays à la situation stratégique au bord de la Mer rouge, intervient au moment où le Conseil de sécurité des Nations unies étudie un éventuel renforcement des sanctions contre l'Erythrée.

Un groupe de surveillance de l'ONU a affirmé le mois dernier que le gouvernement érythréen était impliqué dans un projet d'attentat à Addis Abeba lors d'un sommet de l'Union africaine en janvier dernier.

Les experts onusiens avaient également assuré que l'Erythrée armait et aidait les shebab.

Issaias Afeworki, dont les déplacements hors de son pays sont rares, a également nié être venu en Ouganda chercher à rompre son isolement diplomatique face à la menace d'un renforcement des sanctions.

"Aucune pression ne peut être exercée sur l'Erythrée à partir de mensonges fabriqués auxquels personne ne prête attention.C'est du délire selon moi", a-t-il affirmé.

"Je serais venu rechercher les faveurs de mon frère le président Museveni pour sauver ma peau face à tous ces problèmes ? C'est un rêve, ou un mensonge", a-t-il encore déclaré.

Le Conseil de sécurité avait pris en décembre 2009 une série de sanctions contre l'Erythrée pour son soutien aux insurgés somaliens, incluant un gel des avoirs et des restrictions de voyage à la direction politique et militaire du pays.L'Ethiopie et Djibouti ont récemment plaidé pour des sanctions élargies.

"L'Erythrée ne soutient pas les shebab...Je l'accepte parce qu'il me l'a dit", a déclaré pour sa part M. Museveni.M. Issaias "est un camarade honorable, pas quelqu'un qui sort d'un quelconque bidonville", a-t-il ajouté.

L'Ouganda a joué un rôle crucial dans la création début 2007 et la montée en puissance de la force de l'Union africaine en Somalie, chargée de protéger le fragile gouvernement de transition somalien face aux assaut des shebab.