Somalie: les otages britanniques libérés par les pirates sur le chemin du retour

15 novembre 2010 à 16h36 par La rédaction

LONDRES (AFP)

Paul et Rachel Chandler seront "très bientôt" de retour au Royaume-Uni, après une détention éprouvante de plus d'un an en Somalie, au cours de laquelle ils ont été battus, selon des déclarations publiées lundi par le Foreign Office et diffusées par la BBC.

Le couple de retraités, qui avait été enlevé le 23 octobre 2009 par des pirates somaliens à bord de son voilier au large des Seychelles, a passé sa première nuit de liberté à la résidence du Haut Commissaire britannique à Nairobi.

Les Chandler, qui ont appris à peine libérés le décès du père de Paul six mois plus tôt, ont demandé aux médias de préserver leur intimité.

Les époux ont livré dimanche des bribes de leurs conditions de détention à la télévision BBC, qui les a diffusées lundi.Ainsi leurs ravisseurs ont à un moment décidé de séparer le couple pour les acheminer vers des lieux différents, un événement "traumatisant".

"Ils avaient décidé de nous séparer, et nous étions vraiment angoissés et effrayés", a raconté Rachel Chandler à la télévision britannique.

"Nous avons refusé d'être séparés et ils nous ont battus, c'était très traumatisant", a-t-elle ajouté.

Le couple est apparu amaigri mais apparemment en bonne santé, après ses treize mois de détention.

"Nous allons rentrer au Royaume-Uni très bientôt.Nous n'avons pas l'intention de donner d'interviews ou de faire d'autres déclarations", a annoncé le couple dans un communiqué diffusé lundi par le Foreign Office, ajoutant avoir besoin de temps pour digérer la situation.

Paul et Rachel Chandler n'ont donné que de brèves interviews dimanche pendant un arrêt à Mogadiscio, sur le chemin de Nairobi dans le Kenya voisin."Non, nous n'avons pas été bien traités", avait déclaré Rachel Chandler, en réponse à une question.

Après 388 jours de détention, Paul et Rachel Chandler ont été relâchés après un accord avec les pirates, et si aucun responsable engagé dans la négociation n'a mentionné le versement d'une rançon, les notables de la région ont affirmé qu'ils avaient été libérés moyennant une somme d'argent.

"Près de 320.000 dollars (234.000 euros) ont été versés aux pirates", avait affirmé samedi à l'AFP un notable local, Abdullahi Mohamoud.Cette somme s'ajouterait aux 400.000 dollars (292.000 euros) déjà versés lors d'une tentative de libération qui avait échoué plus tôt cette année.Certains ont évoqué un montant global proche du million de dollars (730.000 euros).Les pirates avaient au départ exigé sept millions de dollars (5 millions d'euros).

Le montant de la rançon aurait été réuni par la famille Chandler et par des membres de la diaspora somalienne, le gouvernement britannique étant strictement opposé à tout versement de rançon.

"Nous avons appris aujourd'hui que des Somalis du monde entier nous ont aidés", a déclaré Paul Chandler à la BBC."Nous voulons particulièrement remercier le gouvernement somali qui a été très actif", a-t-il ajouté.

Une somme de 5,8 millions de livres (6,8 millions d'euros ou 9,3 millions de dollars) avait été versée en mars par la Grande-Bretagne à la Somalie, officiellement au titre de l'aide.

Selon un responsable somali interviewé dimanche par la télévision britannique privée Channel 4, cet argent était destiné à aider à la libération des Chandler.

Le ministre britannique des Affaires étrangères de l'époque, David Miliband, ainsi que le ministre du Développement international Douglas Alexander, avaient catégoriquement nié avoir versé une rançon, collant strictement à la position de principe du gouvernement britannique.