Somalie: neuf civils tués en représailles à un meurtre imputé aux shebab

15 juin 2019 à 8h47 par AFP

AFRICA RADIO

Neuf civils ont été exécutés vendredi soir par une milice locale à Galkayo, centre-ouest du pays, en représailles à l'assassinat d'un responsable sécuritaire local par des islamistes shebab présumés, a-t-on appris samedi de source policière et auprès de responsables locaux.

Selon ces sources, les miliciens qui ont exécuté les civils soupçonnent les habitants du clan Rahanweyn installés dans la région de complicité avec les shebab. Très en colère après l'assassinat par balle d'un responsable local des services de renseignements, les membres de la milice ont raflé neuf civils et les ont exécutés en périphérie de Galkayo."Ce qui s'est passé est horrible, le meurtre odieux de neuf civils innocents dans la partie sud de Galkayo. Toutes les victimes appartiennent au même clan et les miliciens les ont abattues au même endroit après que des shebab présumés eurent tué un responsable sécuritaire local", a déclaré à l'AFP un responsable de la police de Galkayo, Mohamed Abdirahman."C'est un acte inacceptable et nous amènerons les auteurs devant la justice", a réagi un chef coutumier local, Hussein Dini."Il semble que les miliciens aient agi en représailles à la mort d'un responsable sécuritaire dont ils pensaient qu'elle était le fait de shebab appartenant au même clan que celui des victimes (civiles)", a précisé le chef coutumier. "Leur meurtre est injustifiable", a-t-il ajouté.De témoins ont rapporté aux médias locaux que les victimes avaient été arrêtées au hasard dans la rues et certains dans leur maison puis exécuté en périphérie de la ville.Des responsables locaux ont par le passé accusé les membres du clan Rahanweyn de fournir des combattants aux shebab et plus généralement d'être responsables de l'insécurité dans la région. Les membre de la milice locale impliquée dans l'assassinat des civils sont des Saad Habargidir, un des sous-clan des Hawiye, très présents dans la partie sud de Galkayo.Galkayo, située à quelque 600 km au nord de la capitale Mogadiscio, est à cheval sur la frontière entre les régions autoproclamées semi-autonomes du Puntland et de Galmudug. La ville a été le théâtre ces dernières années de violences meurtrières entre les troupes des deux régions et également entre les clans rivaux occupant le nord et le sud de la cité.