Somalie: onze morts dans des affrontements entre milices rivales à Kismayo

Par La rédaction

MOGADISCIO (AFP) - (AFP)

Au moins onze personnes ont été tuées samedi dans des affrontements entre deux milices claniques progouvernementales rivales dans le grand port somalien de Kismayo, repris aux insurgés islamistes en septembre dernier, ont rapporté à l'AFP des témoins.

"J'ai vu au moins onze personnes, surtout des combattants, tuées dans ces combats", a rapporté à l'AFP un notable de Kismayo, Mohamed Ga'al.

"Il s'agit des combats les plus violents depuis que les (islamistes) shebab ont quitté la ville, et même si la situation est calme désormais, les deux camps continuent de regrouper leurs forces", a ajouté ce notable, interrogé par téléphone depuis la capitale Mogadiscio.

"Trois des victimes (tuées) sont des civils pris dans les échanges de tirs, et six autres (civils) ont été blessés et admis à l'hôpital", a rapporté un autre témoin, Ali Moalim Suleman.

Plusieurs clans se disputent le contrôle du grand port du sud de la Somalie depuis qu'un contingent de l'armée kényane en a chassé en septembre dernier les insurgés shebab, dont c'était le principal bastion.

Les soldats kényans toujours stationnés à Kismayo ne sont pas intervenus pour tenter de mettre fin aux affrontements de samedi, ont précisé les témoins.

"Nous sommes atterrés d'apprendre que deux clans fraternels se battent et versent le sang d'innocents à Kismayo, alors que la population attend la mise en place d'une administration régionale" dans la ville, a réagi le Premier ministre somalien Abdi Said Shirdon."J'appelle les deux camps à cesser le feu", a-t-il poursuivi dans un communiqué.

De précédents combats entre milices avaient déjà fait plusieurs morts en décembre dernier dans cette ville qui, en tant que deuxième port du pays après Mogadiscio, constitue un poumon économique de la Somalie et suscite de nombreuses convoitises.

Le contingent kényan, intégré à une Force de l'Union africaine en Somalie (Amisom), avait chassé les shebab de Kismayo avec l'appui de l'embryon d'armée nationale somalienne et de la milice Ras Kamboni.

Cette milice, majoritairement issue du clan Ogaden, est commandée par l'ancien chef de guerre Ahmed Madobe qui combattit un temps au côté des groupes islamistes avant de changer de camp.Des milices d'autres clans sont également déployées à Kismayo depuis le départ des shebab.

Les affrontements de samedi ont opposé des milices des clans Ogaden et Marehan, selon M. Ga'al, à la suite du décès du responsable d'un de ces clans dans un commissariat.Le clan du responsable tué a alors pris d'assaut le commissariat, déclenchant des combats acharnés.

Les rivalités entre clans constituent un des principaux défis à un retour à la paix en Somalie, depuis que la force de l'Amisom a chassé les islamistes shebab de leurs principaux bastions et réduit leur zone d'influence à quelques territoires ruraux du centre et du sud du pays.