Somalie: plusieurs soldats burundais tués dans une embuscade des shebab

15 septembre 2019 à 15h51 par AFP

AFRICA RADIO

Plusieurs soldats burundais de la force de l'Union africaine en Somalie (Amisom) ont été tués samedi dans une embuscade menée par des militants islamistes shebab contre un convoi militaire au nord de Mogadiscio, a-t-on appris dimanche de source sécuritaire locale.

"Nous avons été informés de cette embuscade dans laquelle plusieurs soldats burundais ont été tués", sur la route entre Mogadiscio et la ville de Jowhar, située à environ 90 km au nord de la capitale, a indiqué à l'AFP Abdikarim Hassan, un responsable sécuritaire du district de Balcad, proche du lieu de l'attaque.Un haut gradé burundais, joint par téléphone à Bujumbura, a précisé à l'AFP que 12 soldats burundais avaient été tués et six blessés."Oui c'est vrai. Malheureusement, 12 de nos soldats ont été tués et six autres blessés hier (samedi) par des shebab qui leur ont tendu une embuscade alors qu'ils revenaient d'une mission de sécurisation d'un convoi qui allait de Jowhar vers Mogadiscio", a-t-il déclaré, sous couvert d'anonymat.Les shebab, affiliés à Al-Qaïda, ont revendiqué l'attaque et affirmé avoir tué 14 soldats burundais, dans un bref communiqué.Quelques heures avant cette attaque, un engin piégé avait explosé sur la même route, tuant trois personnes, dont deux responsables administratifs locaux, a ajouté M. Hassan.Ahmed Haji, un habitant du district de Balcad, a raconté que des échanges de coups de feu avaient été entendus près du village de Gololey, sur la route entre Mogadiscio et Jowhar."Des villageois ont vu les corps de soldats de l'UA (Union africaine) morts près du lieu de l'embuscade, mais ils n'ont pu dire combien ils étaient. Les gens ont entendu de lourds échanges de coups de feu pendant plus de vingt minutes, alors qu'un convoi militaire de l'Amisom passait dans le coin", a-t-il déclaré.Chassés de Mogadiscio en 2011, les shebab ont ensuite perdu l'essentiel de leurs bastions. Mais ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides, y compris dans la capitale, contre des objectifs gouvernementaux, sécuritaires ou civils.Ils ont juré la perte du gouvernement somalien, soutenu par la communauté internationale et par les 20.000 hommes de l'Amisom.