Somalie: trois régions sortent de l'état de famine

18 novembre 2011 à 11h27 par La rédaction

NAIROBI (AFP) - (AFP)

Les Nations unies ont rétrogradé trois régions du sud de la Somalie de l'état de famine à celui d'"urgence", tout en rappelant que la crise humanitaire en Somalie demeurait la pire au monde, avec 250.000 personnes encore menacées de mort.

"Une aide humanitaire substantielle a atténué les conséquences de déficits alimentaires extrêmes" dans les régions de Bay, Bakol, et Bas Shabelle (sud), désormais classées en état d'"urgence", selon un communiqué du centre d'analyse pour la sécurité alimentaire (FSNAU) de l'ONU.

Toutefois, la région du Moyen Shabelle, le corridor de déplacés d'Afgoye, à environ 30 km de Mogadiscio et les populations de déplacés de la capitale somalienne resteront confrontées à la famine au moins jusqu'à la fin de l'année.

Les Nations unies déclarent une région en famine quand au moins 20% des foyers sont confrontés à une grave pénurie alimentaire, 30% de la population y est en état de grave malnutrition et le taux de mortalité quotidien est au moins de 2 sur 10.000 personnes.

Début septembre, les Nations unies estimaient à 750.000 le nombre de Somaliens susceptibles de mourir de faim ou de maladies liées à leur affaiblissement, d'ici la fin de l'année.

"Des dizaines de milliers de personnes sont mortes depuis avril", rappelle le communiqué, ajoutant que de nouveaux décès seront enregistrés dans les mois à venir.

"D'un point de vue général, les données en matière de sécurité alimentaire demeurent actuellement les pires au monde et les plus mauvaises en Somalie depuis la famine de 1991-1992", ajoute le communiqué.

Les Nations unies avaient décrété l'état de famine dans trois régions du sud somalien en juillet, avant de l'étendre à une quatrième région et aux déplacés d'Afgoye et de Mogadiscio.

Hormis Mogadiscio, les régions déclarées en état de famine sont sous le contrôle des insurgés islamistes radicaux shebab qui ont juré la perte du gouvernement de transition soutenu par la communauté internationale.

Depuis un mois, les shebab sont également confrontés à une intervention militaire de leur voisin kenyan, dans le sud du pays.

L'Afrique de l'Est a enregistré une sécheresse de grande ampleur cette année, provoquant une très grave crise humanitaire dont la Somalie a été l'épicentre.