Somalie: un an de calvaire pour le couple Chandler, otage des pirates

22 octobre 2010 à 8h00 par La rédaction

MOGADISCIO (AFP)

Les époux Chandler, un couple de retraités britanniques, capturés au large des Seychelles par des pirates somaliens, auront passé samedi une année aux mains de leurs ravisseurs en Somalie, une captivité éprouvante sur fond d'impasse des négociations pour leur libération.

Paul et Rachel Chandler ont été kidnappés le 23 octobre 2009, près des côtes seychelloises dans l'océan Indien, alors qu'ils dormaient à bord de leur voilier de 11,6 mètres, le Lynn Rival.

La veille, ils avaient quitté Mahé, la principale île de l'archipel seychellois, en direction de la Tanzanie, qu'ils comptaient rallier environ 12 jours plus tard.

Le chef d'un des groupes de pirates somaliens, Abdi Yare, avait alors fait part à l'AFP de sa surprise: "C'est vraiment de la chance!Personne ne s'attendait à ce que deux (plaisanciers) osent naviguer ces temps-ci dans l'océan Indien à bord d'un voilier".

De fait, les pirates somaliens avaient multiplié depuis plusieurs semaines les attaques au large des Seychelles, notamment contre des thoniers français et espagnols mettant à profit la fin de la mousson et des conditions de navigation plus clémentes.

Les époux Chandler vivent depuis une captivité particulièrement difficile, ponctuée d'appels au secours poignants à la faveur de rares interviews où ils ont expliqué être régulièrement séparés l'un de l'autre.

Selon une source proche des négociations, Paul et Rachel Chandler sont de nouveau réunis et se trouvent près de la localité d'Amara, dans le centre de la Somalie.

"Cette situation est terriblement honteuse pour notre nation", a indiqué vendredi le gouvernement somalien dans un communiqué, annonçant également la volonté d'explorer d'autres pistes de négociations, notamment avec les leaders claniques et notables locaux.

Fin janvier, les deux otages étaient apparus très fatigués, physiquement et nerveusement, à un journaliste de l'AFP qui avait pu les approcher sur le lieu où ils sont retenus.

"Je vous en prie, aidez-nous!Ces gens ne nous traitent pas bien", avait lancé Mme Chandler à un médecin somalien autorisé par les pirates à ausculter les otages."Je suis âgée, j'ai 56 ans et mon mari en a 60. Nous devons être ensemble car il ne nous reste plus beaucoup de temps", avait-elle ajouté.

Depuis 2006, les époux Chandler passaient la majeure partie de leur temps à sillonner mers et océans à bord de leur voilier, avec de temps en temps un séjour en Grande Bretagne.

Cinq jours avant leur départ des Seychelles, le couple décrivait sur son blog les anses paradisiaques et autres tortues de mer, photos à l'appui.Le jour de leur capture, un dernier message, énigmatique, y était apparu en lettres capitales: "MERCI D'APPELER SARAH".

Dans une interview fin mai, les deux retraités ont supplié le nouveau gouvernement britannique de David Cameron d'intervenir en faveur de leur libération.

Un porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères a cependant réitéré la position intransigeante de Londres en matière de prise d'otages, notamment le refus de verser une rançon.

Selon plusieurs sources proches du dossier, les pirates auraient revu leurs prétentions à la baisse et demanderaient à présent environ un million de dollars, dont environ la moitié a été déjà versée lors d'une tentative de libération avortée en juin.