Somalie: une attaque des islamistes shebab en cours dans un hôtel de Mogadiscio (police et témoins)

Par AFP

AFRICA RADIO

Une attaque revendiquée par les islamistes radicaux shebab était en cours dimanche dans un hôtel fréquenté du centre de Mogadiscio, en Somalie, devant lequel une voiture piégée a dans un premier temps explosé, a appris l'AFP auprès d'un policier et de témoins.

Cet hôtel, l'hôtel Afrik, était encerclé dimanche soir par les forces armées somaliennes et son accès était bouclé, a constaté un journaliste de l'AFP présent dans la zone. L'hôtel Afrik est situé près de la route menant à l'aéroport et est notamment fréquenté par des officiels somaliens, des membres des forces de sécurité et des leaders communautaires."Il y a une attaque en cours dans un hôtel près du KM4, un carrefour très fréquenté du centre de Mogadiscio. (L'explosion d'une) voiture piégée a touché l'entrée et des hommes armés ont investi l'immeuble. Il y a des échanges de tirs", a déclaré à l'AFP Mohamed Adan, un officier de police. Des témoins ont confirmé qu'une importante explosion a eu lieu, suivie de fumées, après qu'une voiture roulant à grande vitesse a percuté l'entrée de l'hôtel, et avant le début de coups de feu. "Les tirs continuent. Il y a eu une autre explosion après la première grosse explosion, des hommes armés sont entrés dans l'immeuble et les forces de sécurité échangent des coups de feu avec eux", a déclaré Osman Saadaq, un témoin. "Il est très difficile de confirmer ce qu'il se passe à l'intérieur de l'immeuble pour le moment mais il y a des tirs et le nombre de victimes pourrait être élevé", a affirmé Muhubo Said, un autre témoin. Aucun bilan n'était pour l'instant connu.Les shebab ont revendiqué l'attaque dans un bref communiqué. "Les moujahidines participent à une opération en cours à l'intérieur de l'hôtel Afrik, où des membres des apostats sont postés", ont-ils déclaré sur un site internet pro-shebab.La Somalie a plongé dans le chaos depuis la chute du régime militaire du président Siad Barré en 1991, suivie d'une guerre de chefs de clans et de la montée en puissance des shebab.Ces derniers ont contrôlé la capitale somalienne avant d'en être évincés en 2011 par les troupes de l'Union africaine (UA) qui soutiennent le fragile gouvernement somalien. Ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d'où ils mènent leurs opérations.La Somalie devait tenir des élections présidentielle et législative avant le 8 février, mais ce processus s'est embourbé dans des désaccords entre le gouvernement fédéral de Mogadiscio, soutenu par la communauté internationale, et les États régionaux somaliens.