Soudan: de violentes tempêtes endommagent les abris de quelque 16.000 réfugiés éthiopiens

29 juin 2021 à 12h21 par AFP

AFRICA RADIO

Plus de 16.000 réfugiés éthiopiens vivant dans les camps de réfugiés de l'est du Soudan, ont été affectés par plusieurs semaines de tempêtes qui ont rasé les tentes et détruit les infrastructures, s'est inquiétée l'ONU mardi.

Dans un communiqué, le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) indique être engagé dans une course contre la montre et les éléments pour réparer et renforcer les abris, et s'assurer que les familles affectées ont accès à l'eau potable et à des latrines sûres. Ces tempêtes ont débuté fin mai, et devraient encore s'intensifier pendant la saison des pluies, qui se déroule de juin à octobre, a indiqué un porte-parole du HCR, Boris Cheshirkov, lors d'un point de presse à Genève.Plus de 16.000 réfugiés éthiopiens vivaient dans les camps de réfugiés d'Um Rakuba et de Tunaydbah, dans l'est du Soudan."Près de 4.000 tentes familiales individuelles sur un total de 10.000 ont été endommagées par des vents violents, de fortes pluies et des chutes de grêle. Des latrines d'urgence et d'autres installations ont également été détruites", a souligné M. Cheshirkov."Nous remplaçons les couvertures et les nattes de couchage et réapprovisionnons les stocks de nourriture. La distribution de 2.500 kits d'abris d'urgence - comprenant des cordes, des poteaux en bois et des piquets de bambou - est en cours pour aider les personnes les plus touchées à renforcer leurs tentes. "Au total, 10.000 kits d'abris d'urgence vont être distribués, et 5.000 autres sont pré-positionnés en stock", a-t-il détaillé.Le HCR et ses partenaires finalisent actuellement la construction et la réhabilitation d'environ 60 kilomètres de route vers Um Rakuba et Tunaydbah, afin de garantir l'accès aux camps ainsi qu'à une quinzaine de villages de la communauté d'accueil durant la saison des pluies. Les organisations humanitaires creusent également des systèmes de drainage sur les deux sites afin d'atténuer les risques de nouvelles inondations. Le HCR prévoit par ailleurs de construire des abris traditionnels plus durables que les tentes appelés tukuls - de petites huttes de forme ronde faites de briques de boue et de chaume, typiques de la région."Mais nous ne pourrons commencer à les construire qu'après la fin de la saison des pluies, lorsque les briques pourront sécher correctement", a explique le porte-parole.L'année dernière, de fortes précipitations saisonnières avaient affecté des centaines de milliers de personnes déplacées, de réfugiés et de communautés d'accueil au Soudan.