Soudan: des civils tués à Abyei par des hommes armés (responsable)

Par La rédaction

KHARTOUM (AFP)

Des civils ont été tués par des hommes armés inconnus à Abyei, a indiqué samedi à l'AFP Deng Arop Kuol, l'administrateur en chef de cette région pétrolifère disputée située à la lisière entre le nord et le sud du Soudan.

"Un groupe armé inconnu a attaqué des civils dans la zone de Makeir, à 20 km au nord d'Abyei.Un certain nombre de civils a été tué", a-t-il affirmé.

Cette attaque intervient à la veille d'un référendum historique sur l'indépendance du Sud-Soudan, prévu par l'accord de paix qui a mis fin en 2005 à plus de deux décennies de guerre civile entre le Nord et le Sud.

Cet accord de paix prévoyait la tenue "simultanément" d'un référendum sur le rattachement d'Abyei au Nord ou au Sud, mais il a été reporté sine die.

De profondes divergences subsistent en effet entre les ex-rebelles du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM, Sud) et la tribu Dinka Ngok d'un côté, et les Arabes Messiriya et le Parti du congrès national (NCP, Nord) de l'autre, sur le droit de vote des électeurs.

Mokhtar Babou Nimr, le leader des Messiriya, a indiqué à l'AFP par téléphone avoir connaissance de deux décès, mais qui se seraient produits vendredi.

"Hier, un groupe de la SPLA (l'Armée populaire de libération du Soudan, ndlr) a attaqué des nomades Messiriya, il y a eu des heurts.Nos gens ont tué l'un d'entre eux et ils ont tué l'un des nôtres", a-t-il affirmé.

"Aujourd'hui, j'ai des informations sur des heurts à 20 km au nord d'Abyei mais je n'ai pas plus de détails", a-t-il ajouté.

La question d'Abyei reste explosive, des différends existant aussi sur la délimitation de la région.Après la guerre civile, Nordistes et Sudistes avaient mis sur pied une commission afin de délimiter les frontières d'Abyei, mais ses travaux n'avaient pas fait consensus.

A la suite de combats meurtriers en mai 2008 à Abyei, les deux parties ont porté leur différend devant la Cour permanente d'arbitrage de La Haye.

Celle-ci avait réduit la région d'Abyei à un domaine d'environ 10.000 km2 habité principalement par les Dinka Ngok et exclu de ce territoire les précieux puits du bassin pétrolifère de Heglig, qui ont échoué du côté nord de la frontière.

La décision a été acceptée par le SPLM, les Dinka Ngok, et le NCP (qui rêvait de faire main basse sur le trésor pétrolier) mais a été rejetée par les Messiriya, tribu ayant combattu pour les Nordistes pendant la guerre civile.

Le NCP est par la suite revenu sur sa décision pour soutenir les revendications des Messiriya.

Cette tribu arabe nordiste migre chaque année pendant la saison sèche vers le Bahr al-Arab - la rivière Kiir pour les Sudistes - en quête de pâturage pour son bétail, avant de s'enfoncer en territoire sudiste.

Or, cette rivière serpente à travers Abyei.Et puisque la loi référendaire accorde le droit de vote aux Dinka Ngok, mais pas aux Messiriya, ceux-ci craignaient de perdre l'accès à la rivière en cas de rattachement d'Abyei au Sud.

Des négociations entre SPLM, NCP, Dinka Ngok et Misseriya, sous les auspices des Etats-Unis et de l'Union africaine, ont tenté de dénouer le problème, sans succès.