Soudan du Sud: 120.000 personnes affectées par les violences intertribales

Par La rédaction

JUBA (AFP) - (AFP)

Au moins 120.000 personnes ont été affectées par les récentes violences intertribales qui ont secoué l'Etat de Jonglei, dans l'est du Soudan du Sud, selon les Nations Unies.

"La violence dans l'Etat de Jonglei ne s'est pas arrêtée.Il y a seulement deux semaines nous avons lancé une importante opération d'urgence pour venir en aide à 60.000 personnes.Avec les récentes attaques, nous estimons que deux fois plus de personnes vont avoir besoin d'aide", a déclaré à Juba la coordinatrice humanitaire de l'ONU pour le Soudan du Sud, Lisa Grande.

Le nombre d'habitants affectés par ces violences intertribales pourrait encore augmenter si les attaques se poursuivent et l'ONU se prépare déjà à venir en aide à 180.000 personnes, a ajouté Mme Grande.

La dernière attaque, "au cours de laquelle 80 personnes auraient été tuées et 300 maison brûlées" dans le village de Duk Padiet a eu lieu lundi, a rappelé Mme Grande.

Le programme alimentaire mondial (PAM) estime que 90.000 personnes "vont avoir besoin de nourriture immédiatement", a précisé Mme Grande.

L'Etat de Jonglei a été qualifié de "zone sinistrée" par le gouvernement du jeune pays, qui a acquis son indépendance en juillet 2011, est le théâtre depuis plusieurs semaines d'affrontements entre plusieurs tribus qui ont fait plusieurs centaines de morts.Elles se reprochent mutuellement des vols de bétails et des enlèvements.

Fin décembre, environ 8.000 jeunes de la tribu des Lou Nuer ont attaqué Pibor, peuplé de Murle, faisant des dizaines, et peut-être des centaines de morts selon l'ONU.

Des employés humanitaires qui se sont rendus dans les zones affectées ont dit avoir vu des corps brûlés et d'autres en décomposition au bord des routes, les victimes ayant visiblement été tuées alors qu'elles tentaient de fuir.

L'ONU, qui n'est pas encore en mesure de donner un bilan de victimes Murle lors de la première attaque des Lou Nuer, procède toujours, avec l'aide d'autres organisations humanitaires, au comptage des corps, qui se pourrait se chiffrer en milliers selon les autorités locales.

Les représailles des Murle contre les membres des tribus Lou Nuer et Dinka auraient fait depuis environ 150 morts selon l'ONU.

Pour tenter de juguler les violences, environ 3.000 soldats supplémentaires ont été déployés dans l'Etat de Jonglei, principalement dans les zones peuplées de Murle, avait indiqué mardi le ministre sud-soudanais de l'Information, Barnaba Marial Benjamin.

Le Jonglei a été l'une des zones les plus affectées par la guerre civile qui a ravagé pendant deux décennies le Soudan et a pris fin en 2005.L'accord de paix signé alors a mené à l'indépendance du Soudan du Sud le 9 juillet dernier.

L'année dernière au Soudan du Sud, plus de 350.000 personnes avaient été chassées de chez elles en raison de violences, alors que depuis juin, le jeune pays a accueilli plus de 80.000 réfugiés fuyant la guerre civile au Soudan, selon des chiffres de l'ONU.