Soudan du Sud: Issaias et Abiy à Juba pour appuyer l'accord de paix

4 mars 2019 à 14h56 par AFP

AFRICA RADIO

Le président érythréen Issaias Afeworki et le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed ont discuté lundi à Juba des moyens de renforcer le processus de paix au Soudan du Sud avec leur homologue Salva Kiir, a constaté l'AFP.

"L'un des premiers sujets de la discussion a porté sur comment renforcer l'actuel processus de paix", a déclaré à la presse le ministre sud-soudanais des Affaires étrangères Nhial Deng Nhial à l'issue de la rencontre.Le président Kiir et le chef rebelle Riek Machar ont signé en septembre à Addis Abeba un nouvel accord de paix censé mettre un terme à une guerre civile de près de cinq ans qui a fait plus de 380.000 morts et poussé plus de quatre millions d'habitants à fuir leur foyer.Jeudi, les évêques catholiques du pays Sud ont averti que l'accord de paix était en train d'éclater, les parties étant prêtes à reprendre le combat.Cette visite d'une journée des dirigeants éthiopien et érythréen revêtait également une forte portée symbolique, les deux hommes ayant décidé mi-2018 de faire la paix après une guerre meurtrière entre 1998 et 2000 suivie de 18 ans de tensions et de guerre froide.D'après le ministre sud-soudanais, l'entretien tripartite a aussi porté sur les moyens d'inclure à l'accord de paix des parties au conflit non-signataires, tels le groupe rebelle de l'ancien influent général Thomas Cirillo Swaka ou celui de l'ancien chef de l'armée Paul Malong.Le ministre a précisé que M. Ismail Wais, envoyé spécial pour le Soudan du Sud de l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD - groupe régional réunissant huit pays de la région) devait rencontrer MM. Cirillo et Malong respectivement les 8 et 10 mars à Addis Abeba.Le général Thomas Cirillo avait démissionné de l'armée en février 2017, accusant le président Salva Kiir de "nettoyage ethnique" et d'avoir progressivement transformé l'armée gouvernementale en une armée "tribale". Il avait dans la foulée créé le Front national du Salut (NAS).Tombé en disgrâce en mai 2017,l'ex-chef de l'armée Paul Malong avait annoncé la création de son groupe rebelle en avril 2018, le Front uni du Soudan du Sud (SS-UF).