Soudan du Sud: l'armée contrôle une ville en proie à un conflit interethnique

Par La rédaction

JUBA (AFP) - (AFP)

Une localité de l'est du Soudan du Sud désertée par des milliers de villageois fuyant l'avancée d'une tribu rivale est désormais "sous le contrôle total" de l'armée, ont indiqué mardi des responsables.

Dans la province de Jonglei, quelque 6.000 jeunes hommes armés de la tribu des Lou Nuer ont marché ces derniers jours sur Pibor, un village de la tribu des Murle qu'ils accusent d'avoir dérobé leur bétail, brûlant au passage des huttes et pillant un hôpital de Médecins sans frontières (MSF).

"Pibor est sous le contrôle total du gouvernement et on a ordonné au Lou Nuer de retourner chez eux, ce qu'ils commencent à faire", a affirmé le ministre sud-soudanais de l'information, Barnaba Marial Benjamin.

Craignant que ces événements ne débouchent sur "une tragédie", Juba et la force de maintien de la paix de l'ONU au Soudan du Sud avaient annoncé lundi avoir envoyé des renforts dans la région.

Selon Lise Grande, coordinatrice de l'action humanitaire de l'ONU dans le pays, "probablement bien plus de 20.000" personnes se sont enfuies pour se cacher dans le bush.

Les violences interethniques, les attaques de campements pour voler le bétail et les mouvements de représailles ont fait plus de 1.100 morts dans l'Etat de Jonglei et forcé quelque 63.000 personnes à quitter leurs maisons l'an dernier, selon un rapport des Nations unies.

Les conflits interethniques ont été exacerbés dans ce pays par deux décennies de guerre civile entre le nord et le sud du Soudan, qui a abouti l'été dernier à l'indépendance du Soudan du Sud mais a nourri les inimitiés historiques entre les différentes tribus.