Soudan du Sud: l'armée perd le contact avec la ville pétrolière de Malakal

Par La rédaction

Juba (AFP)

L'armée du Soudan du Sud s'est déclarée vendredi incapable d'entrer en contact avec ses forces combattant dans la ville pétrolière de Malakal, signe que la place serait tombée aux mains de la rébellion.

Malakal, dans la province du Haut Nil (nord-est), est devenue un des champs de bataille les plus durs dans le conflit qui fait rage depuis plus d'un mois et oppose l'armée fidèle au président Salva Kiir et une rébellion hétéroclite, conduite par l'ancien vice-président Riek Machar.

Lundi, les rebelles ont lancé une offensive pour conquérir Malakal -qui a changé déjà deux fois de mains depuis le début du conflit le 15 décembre- mais le gouvernement et les rebelles affirment tous deux la contrôler.

"Le commandant de Malakal n'est plus accessible depuis hier", a déclaré le porte-parole de l'armée Philip Aguer, sans autre détail.

Les Nations unies abritent quelque 20.000 civils dans une base exigue dans la ville, évoquant des batailles de chars et des combats de rues importants après le lancement de l'attaque rebelle.

Des dizaines de civils ont été blessés par des balles perdues dans la base et des Casques bleus ont effectué des tirs de sommation pour éloigner les parties en conflit.

Le porte-parole des rebelles Lul Ruai Kong, parlant depuis l'Ethiopie voisine, avait déclaré dans la semaine que la ville avait été prise aux forces gouvernementales.

Le téléphone ne semble plus fonctionner dans cette région et le ministre de l'Information du Soudan du Sud, Michael Makuei, avait assuré jeudi que la ville était "toujours totalement sous notre contrôle", accusant la rébellion de mensonge.

Ailleurs dans le pays, l'armée parle depuis plusieurs jours d'assaut imminent sur la ville de Bor capitale de l'Etat de Jonglei, au nord de Juba, qui a déjà changé trois fois de mains depuis le début du conflit.

M. Aguer a dit n'avoir aucune information sur des combats jeudi, insistant sur le fait que l'armée "avançait vers Bor".

Jusqu'à 10.000 personnes auraient été tuées jusqu'ici dans les combats entre l'armée et la rébellion.

L'attaque sur Malakal survient quelques jours après que le gouvernement a reconquis une autre ville pétrolière, Bentiu, dans l'Etat de l'Unité (nord), la semaine dernière.

Le secrétaire général-adjoint de l'ONU aux Droits de l'homme, qui a visité Bentiu cette semaine, Ivan Simonovic, a dit jeudi qu'elle était devenue "une ville-fantôme", rapportant avoir vu dans les rues des coprs de personnes ligotées avant d'avoir été abattues.

Selon les Nations unies, environ 400.000 civils ont fui de chez eux depuis un mois, beaucoup étant réchappés de violences ethniques entre la communauté dinka, -la plus importante du pays et à laquelle appartient le président Kiir- et la communauté nuer de M. Machar.