Soudan du Sud: le vice-président Riek Machar destitué par son parti (branche militaire)

4 août 2021 à 13h19 par AFP

AFRICA RADIO

Le vice-président du Soudan du Sud Riek Machar a été destitué de la présidence de son parti et de la branche armée du parti, a affirmé cette dernière, accusant l'ancien chef rebelle de ne plus représenter ses intérêts.

Cette décision a été prise au terme d'une réunion de trois jours entre des dirigeants du SPLM/A-IO, groupement qui réunit à la fois le parti et sa branche armée, a déclaré dans un communiqué daté de mardi et signé Simon Gatwech Dual, un leader de la branche armée, déclaré responsable par intérim du SPLM/A-IO.Il est encore difficile d'établir les conséquences de ce putsch interne pour M. Machar, une figure centrale de la politique qui a connu des années de guerre civile, des tentatives d'assassinat et des périodes d'exil. Le texte affirme que M. Machar a "totalement échoué" à faire preuve de leadership et a considérablement affaibli le poids du mouvement au sein du gouvernement de coalition, formé en février 2020 et duquel il fait partie. Selon le communiqué, le vice-président a mené pendant des années une "politique du diviser pour mieux régner" et a favorisé le népotisme au détriment de l'unité et du progrès. "La réunion a montré qu'il n'y avait pas d'autre option (...) et a finalement conduit à déclarer la dénonciation du Dr Riek Machar Teny Dhurgon de la présidence du SPLM/A-IO", poursuit le texte. Le porte-parole de M. Machar n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP. Les retournements d'alliances de M. Machar ont façonné l'histoire sanglante du pays, qui vient de fêter les dix ans de son indépendance, obtenue en juillet 2011. A cette date, il occupait déjà le poste de vice-président, et Salva Kiir celui de président. Il deviendra le principal adversaire de ce dernier dans la guerre civile qui va ravager le pays à partir de 2013, faisant près de 400.000 morts. Dans le cadre d'un accord de paix signé en 2018, M. Machar a réintégré en février 2020 un gouvernement d'union nationale, fragilisé notamment par la difficile application de nombreux points de cet accord. Dans ce contexte, M. Machar a fait face à une opposition grandissante dans ses propres rangs, où s'opposent de multiples factions et où des cadres se sont plaints d'avoir perdu au change dans l'accord conclu avec le parti présidentiel. Ces tensions politiques interviennent dans un contexte de profonde crise économique et de niveaux d'insécurité alimentaire et de malnutrition extrêmement élevés.