Soudan du Sud: rencontre prévue entre Kiir et Machar en Ouganda

7 novembre 2019 à 8h17 par AFP

AFRICA RADIO

Le président sud-soudanais Salva Kiir et le chef rebelle Riek Machar doivent se rencontrer jeudi en Ouganda pour discuter de questions cruciales, notamment sécuritaires, à quelques jours de la date prévue pour la formation d'un gouvernement d'union, ont annoncé les deux camps.

La formation de ce gouvernement de transition était initialement prévue en mai, mais avait été repoussée au 12 novembre en raison de désaccords sur des questions qui n'ont à ce jour toujours pas été résolues, comme la formation d'une armée unifiée, et les frontières des Etats sud-soudanais."Le président Salva Kiir est parti ce matin vers Kampala", a déclaré à l'AFP le porte-parole du président Ateny Wek Ateny. MM. Kiir et Machar "vont discuter de la question du futur de l'accord de paix (...) sur la résolution du conflit au Soudan du Sud".Le mouvement du chef rebelle a pour sa part annoncé dans un communiqué que M. Machar avait quitté Khartoum jeudi matin pour Kampala, précisant que "la période étendue de pré-transition arrive à terme sans beaucoup de progrès".La rencontre doit avoir lieu dans le cadre de la médiation menée par l'organisation régionale Igad, médiation dont le président ougandais Yoweri Museveni est un acteur-clé.Les observateurs jugent difficile à l'heure actuelle de prédire ce qui se passera le 12 novembre, mais tous s'accordent pour juger que les progrès dans la mise en place de l'accord de paix signé en septembre 2018 à Addis Abeba sont insuffisants.Riek Machar avait appelé le 20 octobre à un nouveau report de la formation du gouvernement de transition, au sein duquel il doit occuper la fonction de premier vice-président. Il estime que si les questions sécuritaires ne sont pas réglées, le pays connaîtrait des combats comme en 2016, lorsqu'un accord de paix antérieur avait échoué, le contraignant à fuir le pays et aggravant le conflit.Le Soudan du Sud a sombré dans la guerre civile en 2013, deux ans après son indépendance du Soudan, lorsque M. Kiir, un Dinka, a accusé M. Machar, alors son vice-président, membre de l'ethnie nuer, de fomenter un coup d'Etat.Le conflit a fait plus de 380.000 morts et poussé plus de quatre millions de Sud-Soudanais à fuir leurs foyers.