Soudan: entre 30.000 et 40.000 personnes auraient fui Kadougli

Par La rédaction

GENEVE (AFP)

Entre 30.000 et 40.000 personnes auraient fui la ville nord-soudanaise de Kadougli, capitale du Kordofan-Sud, seul Etat pétrolier du Nord, en proie à des combats depuis plusieurs jours entre les troupes nordistes et les forces sudistes, a indiqué vendredi l'ONU.

"On estime, c'est une estimation vague...qu'il y a entre 30.000 et 40.000 personnes qui ont fuit Kadougli depuis le début des évènements", a déclaré la porte-parole du Bureau de coordination des Affaires humanitaires (Ocha), lors d'un point de presse.

Elle a précisé qu'habituellement la ville de Kadougli compte 60.000 personnes.

Un porte-parole du Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'homme, Rupert Colville, a indiqué que son bureau recevait des "rapports extrêmement violents" faisant notamment état de "blessés civils" et "déplacements en masse" de population.

Il a également indiqué que les forces qui combattaient avaient mis en place des barrages routiers qui empêchent "l'accès médial et humanitaire", et insisté sur la mise en place de couloirs humanitaires pour que les agences d'aide aient accès aux populations en détresse.

Pour sa part, le Programme alimentaire mondial (PAM) a expliqué qu'il prévoit de commencer samedi la distribution de vivres à quelque 10.000 personnes déplacées situées près de l'enceinte de la mission de l'ONU au Soudan (Minus) et, si la sécurité le permet, à environ 7.000 autres personnes dans des villages autour de Kauda.

Jeudi, le président soudanais Omar el-Béchir a indiqué que son armée reprenait le contrôle du Kordofan-Sud, dans le centre du Soudan.

Le Kordofan-Sud se trouve à la frontière avec le Sud-Soudan et a été un champ de bataille pendant la guerre civile entre nordistes et sudistes (1983-2005).

Alors que le Sud-Soudan doit devenir indépendant le 9 juillet, des élections locales controversées en mai ont contribué à la montée des tensions dans le Kordofan-Sud.