Soudan: la police disperse une manifestation pro-Béchir

Par AFP

AFRICA RADIO

Des dizaines de partisans de l'ex-président soudanais Omar al-Béchir ont manifesté jeudi devant le siège de l'armée à Khartoum, avant d'être dispersés par les forces de l'ordre avec des gaz lacrymogènes, selon des témoins.

Un an après la chute, sous la pression de la rue, du régime de M. Béchir à l'issue de 30 ans de règne sur le pays, les manifestants ont appelé à la démission du gouvernement de transition, selon la même source.Depuis août 2019, le Soudan est doté d'un gouvernement de technocrates, dirigé par Abdallah Hamdok et formé à la suite d'un accord de partage du pouvoir entre l'armée et les principales figures de l'opposition."Non au gouvernement de Hamdok", "L'armée et le peuple ne font qu'un" et "Non au gouvernement de la faim", pouvait-on notamment lire sur les pancartes des protestataires, selon un témoin. En proie à une grave crise économique, héritée de 30 ans d'une gestion désastreuse, le Soudan compte aujourd'hui une inflation annuelle autour de 70%.Les Soudanais doivent souvent faire la queue plusieurs heures pour acheter du pain, denrée dont le prix a notamment été augmenté la semaine dernière à Khartoum sur décision des autorités.Le rassemblement de jeudi devant le siège de l'armée est la première manifestation devant ce lieu emblématique du pouvoir depuis le 3 juin 2019. Des manifestants observant un sit-in pour réclamer un régime civil avaient alors été brutalement chassés par des miliciens armés. Des dizaines de personnes avaient été tuées.Le 11 avril 2019, des milliers de Soudanais rassemblés sur cette même place avaient obtenu la destitution par l'armée du président Béchir.La manifestation de jeudi intervient alors que Khartoum a récemment interdit les rassemblements, afin de lutter contre la propagation du nouveau coronavirus.Le Soudan a officiellement déclaré 32 cas de contamination et cinq décès dus à la maladie de Covid-19. Et les autorités ont ordonné un confinement total à partir de samedi. Le mouvement de contestation populaire qui a renversé M. Béchir avait démarré en décembre 2018, au lendemain d'une décision officielle de tripler le prix du pain dans les principales villes du pays.